Egalité salariale : une mère de famille gagne en moyenne 23 % de moins qu’un père

Les écarts de salaire entre les femmes et les hommes augmentent avec l’arrivée des enfants, selon une étude de l’Insee. Dans le secteur privé, les mères gagnent 11 % de moins que les pères à 25 ans mais 25 % de moins à 45 ans.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
L’écart de salaire entre les pères et les mères est de 23 % tous âges confondus dans le secteur privé.
L’écart de salaire entre les pères et les mères est de 23 % tous âges confondus dans le secteur privé.

En 2015, l’écart salarial moyen entre les femmes et les hommes était de 18 % dans le secteur privé, selon une étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) publiée mardi 19 février et fondée sur le salaire net horaire entre 1995 et 2015. Cette moyenne cache de fortes disparités selon l’âge : les femmes gagnent environ 6 % de moins que les hommes à 25 ans, 13 % à 35 ans et 20 % à 45 ans. Une évolution qui est liée pour l’essentiel à la naissance des enfants.

Alors que l’écart de salaire entre sexes chez les salariés sans enfant se maintient autour de 7 % à tout âge, les mères de famille gagnent 11 % de moins que les pères à 25 ans et 25 % de moins à 45 ans. Tous âges confondus, l’écart de salaire entre pères et mères est de 23 %.

> A LIRE : Compléter ses revenus en toute légalité

Des écarts dus aux choix professionnels

Cet accroissement du fossé entre pères et mères s’explique en premier lieu par la baisse de salaire des mères de 2 à 3 % après la naissance d’un enfant tandis que les pères à compétences égales et salariés des mêmes entreprises vont bénéficier d’une hausse de 3 %. Pour concilier vie professionnelle et vie familiale, les mères travaillent de plus en plus souvent dans les entreprises proches de leur domicile et offrant un temps de travail plus flexible.

Ces choix peuvent réduire leurs opportunités salariales. Les mères travaillent ainsi davantage dans des entreprises dans lesquelles une plus grande part de salariés est rémunérée au Smic. Elles sont également moins « enclines que les pères à changer d’employeur en particulier entre deux années avant et dix années après une naissance, périodes de fortes progressions de carrière chez les hommes », explique l’Insee.

Enfin, les sorties du marché du travail des mères de jeunes enfants influent sur l’évolution du salaire. Après la naissance du deuxième enfant, les mères employées dans les entreprises les moins rémunératrices quitteraient temporairement leur emploi.

- Les outils de mesure des inégalités salariales entre les femmes et les hommes

- Egalité salariale : un plan d’action pour réduire l’écart entre les hommes et les femmes

- Diminution de salaire : l'employeur peut-il faire une telle modification sans prévenir le salarié au préalable ?

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :