Education : bilan positif pour le dédoublement des classes de CP dans les quartiers prioritaires

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Près de 190 000 élèves de CP et CE1 étudient dans des classes dédoublées.
Près de 190 000 élèves de CP et CE1 étudient dans des classes dédoublées. Près de 190 000 élèves de CP et CE1 étudient dans des classes dédoublées.

A la rentrée 2017, les 2 200 classes de CP situées dans les écoles des réseaux d’éducation les plus prioritaires (REP+) étaient dédoublées pour arriver à un effectif moyen de 12 élèves. Cette mesure du ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, était présentée comme une mesure « de justice sociale » destinée à offrir aux écoliers les plus fragiles « un encadrement renforcé pour leur permettre de bien maîtriser les savoirs fondamentaux ».

Une première évaluation du dispositif par la DEPP, l’agence des statistiques du ministère, publiée mercredi 23 janvier montre des résultats encourageants. La DEPP a comparé 15 000 élèves de CP de 408 écoles répartis en deux groupes :

  • un premier rassemblant des élèves de REP+ dans des classes dédoublées ;
  • un second constitué d’enfants « au profil social proche de ceux de REP+, mais qui n’ont pas bénéficié de la mesure de dédoublement ».

Des élèves plus attentifs, plus efficaces, plus motivés

Premier constat : les élèves dans les classes dédoublées ont obtenu en fin de CP des résultats supérieurs aux autres. Cet effet se vérifie en particulier pour les écoliers en très grande difficulté. Sur les 60 000 scolarisés en CP REP+ l’année dernière, 24 000 étaient en très grande difficulté en mathématiques et en français. Grâce au dédoublement des classes, leur nombre a diminué de 12,5 % en mathématiques (- 3 000 enfants) et de 7,8 % en français (- 2 000).

Le dédoublement a eu aussi un effet bénéfique sur le climat de la classe, la concentration des élèves et les pratiques d’enseignements. « 96,5 % des professeurs concernés rapportent une meilleure compréhension des modes de raisonnement des élèves, 98,5 % une meilleure identification de [leurs] besoins et 82 % une meilleure dynamique de la classe », note le rapport. L’écart observé entre les pratiques d’enseignement des professeurs des classes dédoublées et celles des enseignants dans les classes normales « reste cependant modeste ». « Des transformations pédagogiques plus importantes devront accompagner le déploiement et l’approfondissement du dispositif dans les années à venir pour donner sa pleine efficacité à la mesure du dédoublement », insiste la DEPP dans son rapport.

De nouvelles classes dédoublées depuis la rentrée 2018

Depuis la rentrée 2018, la mesure a été étendue à 3 200 classes de CP des réseaux d’éducation prioritaires (REP) et à 1 500 classes de CE1 en REP+. Au total, près de 190 000 élèves de CP et CE1 étudient dans des classes dédoublées. A la rentrée 2019, 700 nouvelles classes de CE1 en REP+ et 3 200 classes de CE1 en REP seront également dédoublées. Le dispositif devrait alors toucher 300 000 enfants. Il fera l’objet d’une évaluation de la DEPP pour les années scolaires 2018-2019 et 2019-2020.

A lire aussi