Ecoles : vers la fin de la semaine de 4 jours et demi ?

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Ecoles : vers la fin de la semaine de 4 jours ?
Ecoles : vers la fin de la semaine de 4 jours ? Ecoles : vers la fin de la semaine de 4 jours ?

La semaine de quatre jours devrait être majoritaire à la rentrée 2018, avance l’Association des maires de France, lors de son 100e congrès de novembre 2017, dans une enquête menée auprès de 21 700 écoles.

Outre les 43 % des collectivités dont les écoles sont à quatre jours à la rentrée 2017, 40 % des communes et 45 % des intercommunalités ont d’ores et déjà envisagé d'opter pour les quatre jours à la rentrée 2018.

Pour rappel, la réforme des rythmes scolaires, avec l’instauration de la semaine de 4 jours et demi, remonte à 2013. Mais depuis le décret du 27 juin dernier, les communes et intercommunalités ont la possibilité d’opter pour la semaine de 4 jours comme par le passé.

Les motifs en faveur de la semaine de 4 jours

Les principaux motifs avancés par les communes et intercommunalités compétentes pour revenir à la semaine de quatre jours, dès la rentrée 2017, sont liées aux demandes des acteurs :

  • parents (83 %),
  • conseils d’école (81 %) ;
  • et enseignants (71 %).

La fatigue des enfants (72 %) et, dans une moindre mesure, le coût des anciennes activités périscolaires (dites NAP ou TAP) (53 %) sont également soulevés.

En revanche, seul un tiers de ces collectivités ont motivé ce retour par des difficultés relatives à l’organisation des anciennes NAP, principalement le recrutement et la qualification des intervenants ainsi que les locaux, indique l’Association des maires de France.

Les motifs en faveur de la semaine de 4 jours et demi

Les collectivités dont les écoles continuent d’appliquer la réforme de 2013 au cours de l’année scolaire 2017/2018 sont 79 % à juger que la concertation lancée sur la semaine de quatre jours a été trop tardive pour se positionner dès la rentrée 2017.

Les autres motifs sont :

  • les horaires des transports scolaires (17 %) ;
  • une organisation de la semaine scolaire sur neuf demi-journées jugée plus adaptée aux rythmes de l’enfant (17 %) ;
  • la satisfaction des NAP tant par les parents d’élèves (16 %) que par les enfants (15 %) ;
  • les difficultés de réorganisation de l’offre d’activités des associations (13 %), avec par exemple le souci de ne pas diminuer brutalement l’activité des animateurs.
A lire aussi