Ecole : de nouvelles mesures pour l’accompagnement des enfants handicapés

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
340 000 enfants en situation de handicap sont scolarisés dans des établissements scolaires ordinaires.

Depuis 2006, le nombre d’élèves en situation de handicap scolarisés dans les établissements scolaires ordinaires est passé de 100 000 à 340 000 à la rentrée 2018. « Après plusieurs années marquées par un effort quantitatif important, un saut qualitatif est désormais nécessaire », constataient en juillet dernier le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, et la secrétaire d’Etat chargée du handicap, Sophie Cluzel.

Dans cette perspective, une proposition de loi du député socialiste Christophe Bouillon, visant à améliorer l’accompagnement des enfants handicapés, a été examinée par l’Assemblée nationale jeudi 31 janvier. Le texte, profondément remanié, a été adopté à l’unanimité.

Des CDD de trois ans pour les AESH

Le ministre de l’Education nationale a fait voter une modification dans le recrutement des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH). Dès la rentrée 2019, ils se verront proposer des CDD de trois ans renouvelables une fois avec à la clef un CDI au bout de six ans.

Actuellement, ils disposent d'un CDD renouvelable dans la limite de six ans, avant de se voir proposer, éventuellement, un CDI. « Dès la rentrée prochaine, nous ne recruterons plus d’auxiliaires de vie scolaire sous contrat unique d’insertion, autrement dit il n’y aura plus de contrats aidés », a poursuivi Jean-Michel Blanquer.

Le ministre de l’Education nationale a également annoncé l’instauration d’une formation de 60 heures annuelles pour ces accompagnants et la mise en place de Pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL). Ces équipes d’accompagnants à temps plein doivent permettre de « mieux articuler l’accompagnement des élèves handicapés sur le temps scolaire et périscolaire ».

En revanche, l’une des principales mesures du texte du député PS, qui prévoyait de garantir aux parents l’affectation d’un accompagnant au plus tard 45 jours avant la rentrée scolaire, n’a pas été retenue.

La concertation sur l’école inclusive va rendre ses conclusions

Depuis le 22 octobre dernier, le gouvernement a par ailleurs engagé une grande concertation « Ensemble pour une école inclusive » avec l’ensemble des acteurs concernés (représentants des associations des personnes handicapées, parents d’enfants handicapés, organisations syndicales, collectivités territoriales et des parlementaires). Elle se décline en trois axes thématiques :

  • les attendus des familles et des associations pour une scolarisation de qualité des élèves en situation de handicap ;
  • la revalorisation du métier d’accompagnant
  • et la mise en œuvre de Pôles inclusifs d’accompagnement localisé (PIAL) pour de meilleures procédures d’accompagnement.

Les conclusions issues de cette concertation seront rendues le 11 février.

A lire aussi