Ecole : comment améliorer le système scolaire ?

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Le Cnesco propose de soutenir les enseignants en recrutant des professeurs surnuméraires en français et en mathématiques dès le CP.
Le Cnesco propose de soutenir les enseignants en recrutant des professeurs surnuméraires en français et en mathématiques dès le CP. Le Cnesco propose de soutenir les enseignants en recrutant des professeurs surnuméraires en français et en mathématiques dès le CP.

Le Conseil national d’évaluation du système scolaire, instance créée par la loi de refondation de l’école en 2014, vient de dresser le bilan de ses 21 rapports scientifiques rendus durant ces trois années. Ce conseil évalue, en toute indépendance, avec l’appui de 200 chercheurs français et étrangers, les thématiques cruciales de l’école française. Présenté par sa présidente, Nathalie Mons, comme « un lanceur d’alerte en éducation », il émet 30 recommandations pour améliorer le système scolaire. En voici les principales.

Favoriser l’apprentissage des fondamentaux

En fin de primaire, 40 % des enfants ne possèdent pas les connaissances nécessaires en lecture et en mathématiques pour suivre une scolarité au collège dans les meilleures conditions, d’après plusieurs études du Cnesco.

L’instance préconise plusieurs expérimentations : réduire le nombre d’élèvespar classe en deuxième cycle (CP-CE1-CE2), donner aux élèves lemême maître du CP au CE2. Ce dispositif, pratiqué en Australie, a montré son efficacité.

Autre procédé envisagé : « soutenir les enseignants en recrutant des professeurs surnuméraires spécialisés dans l’accompagnement des élèves en français et en mathématiques dès le CP ».

Pour lutter contre l’échec, le Cnesco propose également la mise en place de stages d’été pour les élèves en difficulté dès l’école primaire.

Concernant l’apprentissage des mathématiques, point le plus faible des élèves, le Cnesco recommande un plan de formation en calcul mental et résolutions de problèmes ainsi que la création de réseaux de conseillers pédagogiques en maths.

Pour la lecture, il plaide pour «un enseignement explicite de la compréhension » pour tous les élèves.

Favoriser la mixité sociale

Le Cnesco veut lutter contre la faible mixité sociale, scolaire et culturelle. Seulement un dixième des élèves fréquentent un établissement qui accueille 63 % d’élèves issus de milieux socialement défavorisés ou plus.

Il demande ainsi de « renforcer la mixité sociale dans les 100 collèges les plus ségrégués » en recourant par exemple à des quotas, en ajustant la carte scolaire pour diversifier socialement les publics ou en offrant une formation de qualité attractive.

Il recommande également de créer des lycées polyvalents regroupant les trois voies : générale, technologique et professionnelle.

Des logiciels pour les élèves handicapés

Pour faciliter l’apprentissage des élèves handicapés, le Cnesco préconise l’usage de tablettes dotées de logiciels évitant la prise de notes.

Il faut également sécuriser les parcours scolaires de ces enfants pour qu’ils ne décrochent pas. Notamment en étendant le projet personnalisé de scolarisation aux activités périscolaires en primaire. Et si l’accompagnement de l’élève par un auxiliaire de vie scolaire a été décidé, il doit être poursuivi lorsque le jeune effectue un stage en entreprise ou une formation en alternance.

Un meilleur suivi des enseignants débutants

Concernant les enseignants, le Cnesco demande un accompagnement très structuré pendant leurs deux premières années d’activité, à l’image du tutorat dont ils bénéficient durant leur dernière année d’étude.

Il propose aussi de diversifier le profil des candidatsaux concours.

A lire aussi