Droits d’inscription à l’université : les montants pour l’année 2018-2019

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Les frais d’inscription reculent de 256 à 243 € en master.
Les frais d’inscription reculent de 256 à 243 € en master. Les frais d’inscription reculent de 256 à 243 € en master.

Les droits d’inscription à l’université baissent. La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a annoncé, jeudi 12 juillet au micro d’Europe 1, une diminution des montants dus pour l’année 2018-2019.

Selon le site officiel Service public, les frais d’inscription passent de :

  • 184 à 170 € en licence, en licence professionnelle, en diplôme universitaire de technologie (DUT) et en diplôme d’études universitaires scientifiques et techniques (DEUST) ;
  • 256 à 243 € en master ;
  • 391 à 380 € en doctorat.

Les étudiants boursiers et les pupilles de la nation sont exonérés.

Le ministère de l’Enseignement supérieur nous indique ne pas connaître la date de publication du texte fixant les tarifs, mais la parution de ce document est proche.

Si en principe les droits d’inscription doivent être réglés en une seule fois, votre établissement peut vous proposer un règlement en trois fois.

À partir de la rentrée prochaine, vous n’êtes plus redevable de la cotisation à la Sécurité sociale étudiante. Vous devez en revanche vous acquitter de la contribution de vie étudiante et de campus, d’un montant de 90 €.

Une aide à la mobilité pour les étudiants boursiers de master 1

Les étudiants boursiers de master 1 auront encore la possibilité d’obtenir une aide à la mobilité de 1 000 €, ce dispositif, entré en vigueur à la rentrée 2017-2018, étant « reconduit », nous explique le ministère de l’Enseignement supérieur.

La prime est ouverte aux étudiants boursiers s’inscrivant pour la première fois en master 1 « dans une région académique » distincte de celle où « ils ont obtenu » leur licence, d’après le décret du 10 mai 2017 qui l’a créée.

A lire aussi