Droits d’inscription à l’université en 2019-2020 : pas de hausse pour les étudiants français

Vous devrez toujours vous acquitter de 170 € pour vous inscrire en licence. La somme à payer bondit à 2 770 € pour les ressortissants de certains pays étrangers.
1mn de lecture
Les droits d’inscription sont stables pour les étudiants français.
Les droits d’inscription sont stables pour les étudiants français.

Vous souhaitez étudier dans l’enseignement supérieur public durant l’année 2019-2020 ? Les droits d’inscription à l’université sont stables pour les étudiants français, comme le prévoit un arrêté paru dimanche 21 avril au Journal officiel.

Ainsi, il faudra toujours débourser :

  • 170 € en licence, en licence professionnelle, en diplôme universitaire de technologie (DUT) et en diplôme d’études universitaires scientifiques et techniques (DEUST) ;
  • 243 € en master ;
  • 380 € en doctorat.

Les étudiants boursiers et pupilles de la nation sont exonérés de droits d’inscription.

Ces montants s’appliquent aux Français mais aussi, notamment, aux ressortissants d’un autre pays de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen ou encore de Suisse.

2 770 € pour les étudiants étrangers en licence

Les étudiants étrangers non concernés par ces tarifs subissent eux une forte hausse des droits d’inscription à acquitter. Selon un décret également publié dimanche, ils doivent ainsi régler :

  • 2 770 € en licence, en licence professionnelle, en DUT et en DEUST ;
  • 3 770 € en master.

Des exonérations partielles ou totales seront susceptibles d’être accordées. Les étudiants déjà inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur français durant l’année 2018-2019 ne sont pas touchés par la hausse.

L’augmentation des droits d’inscription vise à « accueillir davantage d'étudiants étrangers et dans de meilleures conditions », assure le ministère de l’Enseignement supérieur sur son site. Elle relève d’une stratégie dénommée « Bienvenue en France », une antiphrase, estiment les opposants au dispositif, qui y voient un moyen d’éloigner les étudiants de certains pays.

  • Pour lire l’arrêté, cliquez ici.
df
Timour Aggiouri
Publié le