Discriminations : une brigade anti-discrimination sur Facebook pour orienter les victimes

Vous avez été victime de propos ou comportements discriminatoires ? La page Facebook « Brigade anti-discrimination », mise en ligne par le gouvernement, vous oriente vers les interlocuteurs compétents pour vous soutenir et faire valoir vos droits.
1mn de lecture
La brigade anti-discrimination est une page Facebook destinée à recueillir les témoignages des victimes et de les orienter vers les interlocuteurs compétents.
La brigade anti-discrimination est une page Facebook destinée à recueillir les témoignages des victimes et de les orienter vers les interlocuteurs compétents.

Renseigner et accompagner les personnes victimes de discrimination. C’est l’objectif de la brigade anti-discrimination numérique annoncée lundi 15 avril par Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité femmes-hommes et par Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du logement.

La brigade anti-discrimination est une page Facebook destinée à recueillir les témoignages des victimes et de les orienter vers les interlocuteurs compétents : associations, Défenseur des droits ou commissariats pour le dépôt d’une plainte. « C’est un facilitateur de mise en contact des personnes discriminées avec les dispositifs qui existent pour les défendre, les soutenir et les protéger », explique Marlène Schiappa.

> A LIRE : Lettre de demande de saisine du Défenseur des droits à la suite d'une discrimination présumée

Un accompagnement personnalisé

En se rendant sur cette page, vous pourrez trouver des renseignements (sur le Défenseur des droits, les associations, etc.) et envoyer un message privé pour signaler une situation de discrimination. Vous recevrez une réponse personnalisée d’un membre de l’équipe de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine LGBT (Dilcrah), qui gère la page Facebook. Une douzaine de salariés sont chargés de répondre aux messages.

La page Facebook est une version bêta à laquelle des correctifs seront apportés au fur et à mesure. « S’il faut plus de moyens, on les mettra », a précisé Julien Denormandie.

- Comment saisir le Défenseur des droits ?

- Vol, agression, accident… : contactez le 116 006 pour être aidé

- Discrimination, racisme, antisémitisme : un dispositif de pré-plainte en ligne

df
Sarah Corbeel
Publié le