Deux-tiers des logements anciens présentent un risque électrique

Deux logements de plus de quinze ans sur trois ne présentent pas une installation électrique sûre. Or, en France, un quart des incendies domestiques sont d’origine électrique. Dans quel état est la vôtre ?

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Au bout de 15 ans, votre installation électrique peut présenter des risques si elle n'a pas été entretenue
Au bout de 15 ans, votre installation électrique peut présenter des risques si elle n'a pas été entretenue Au bout de 15 ans, votre installation électrique peut présenter des risques si elle n'a pas été entretenue

Deux logements sur trois dont l’installation électrique a plus de 15 ans ne respectent pas l’un des six points de sécurité réglementaires, selon une étudedu Gresel (Groupe de réflexion sur la sécurité électrique dans le logement). Or, plus de 200 000 logements prennent feu chaque année en France, et un quart de ces incendies sont d’origine électrique. Parmi eux, 61 % sont liés aux équipements électriques (radiateurs, lave-linges, micro-ondes, lampes…), 36 % aux installations fixes ou mobiles (prises, multiprises…) et les 3 % restants aux installations des parties communes.

Malgré ce constat, aucune loi n’impose aux installations électriques des logements d’être aux normes. Au moment de leur installation ou de leur rénovation, l’électricien doit respecter la norme NF C 15-100 qui vise à renforcer la sécurité et le confort de gestion. Mais par la suite, le propriétaire n’a pas d’obligation de mise à niveau. Cela n’empêche pas de veiller à leur état.

Six exigences de sécurité à surveiller

Au bout de 15 ans, si votre installation électrique n’a pas été entretenue, elle peut présenter des risques, dus à l’usure normale des équipements. Pour assurer la sécurité de votre habitation, une mise au point régulière est fortement recommandée.

Voici les six exigences minimales à respecter :

  • présence d’un compteur électrique facile d’accès, qui doit permettre de couper rapidement l’alimentation générale ;
  • présence, sur chaque circuit, d’au moins un dispositif de protection contre les surintensités adapté à la section des conducteurs : disjoncteurs et fusibles qui protègent les conducteurs électriques des échauffements anormaux du fait de surcharges ou de courts-circuits ;
  • présence, à l’origine de l’installation, d’au moins un dispositif de protection différentielle permettant de détecter toute fuite de courant et de le couper automatiquement ;
  • équipement électrique limité près de la baignoire ou de la douche et éléments métalliques reliés entre eux afin qu’ils ne soient pas conducteurs des fuites de courant ;
  • absence de matériels vétustes, inadaptés à l’usage ou présentant des risques de contact direct avec des éléments sous tension ;
  • fils électriques protégés par des conduits, moulures ou plinthes en matière isolante pour éviter leur dégradation.

Un diagnostic électricité bientôt obligatoire en cas de location

Le Gresel rappelle, par ailleurs, qu’à partir du 1er juillet 2017, les propriétaires qui louent un logement construit avant 1975 devront fournir au locataire un diagnostic de leur installation électrique datée de plus de quinze ans portant sur les six points précédents. Il devra avoir été réalisé par un professionnel certifié, et aura une durée de validité de 6 ans. Pour les installations ayant fait l’objet de travaux, une attestation de conformité délivrée par un organisme agréé aura valeur de diagnostic. Pour les autres habitations, l’obligation entrera en vigueur le 1er janvier 2018.

Le diagnostic électricité était déjà obligatoire en cas de vente d’un logement.

A lire aussi

Partager cet article :