Des obstacles financiers empêchent une forte proportion d’actifs de prendre leur retraite

54 % des actifs qui souhaiteraient partir à la retraite ne le pourront pas, essentiellement pour des raisons financières, révèle la dernière étude d’HSBC sur les retraites en France.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Des obstacles financiers empêchent une forte proportion d’actifs de prendre leur retraite
Des obstacles financiers empêchent une forte proportion d’actifs de prendre leur retraite Des obstacles financiers empêchent une forte proportion d’actifs de prendre leur retraite

77 % des actifs de plus de 45 ans souhaiteraient partir à la retraite dans les 5 ans à venir s’ils le pouvaient, révèle l’étude d’HSBC sur les retraites en France. Or 54 % d’entre eux ne le pourront pas.

Les femmes de 45 ans et plus sont plus enclines à souhaiter partir en retraite dans les 5 ans à venir (80 %) que les hommes (74%), indique l’étude.

Les principaux obstacles sont financiers :

  • 66 % n’ont pas assez épargné ;
  • 27 % ont des personnes à charge financièrement ;
  • 20 % sont très endettés.

Source : HSBC

La plupart des Français actifs âgés de plus de 45 ans associent le désir d’un départ à la retraite à la possibilité d’un plus grand épanouissement personnel :

  • voyages ou développement d’autres centres d’intérêt (50 %) ;
  • temps passé en famille (33 %).

34 % d’entre eux déclarent être fatigués du fait de la routine au travail, et 25 % des actifs de 45 ans et plus qui souhaitent partir à la retraite invoquent l’impact négatif du travail sur leur santé physique et/ou mentale, selon l'étude HSBC.

Du côté des retraités

49 % des retraités indiquent que leur niveau de vie s’est dégradé une fois à la retraite.

63 % des Françaises ont vu leur situation financière se dégrader à la retraite, contre 40 % pour les Français, alors que les moyennes mondiales se situent à respectivement à 29 % et 25 %, complète l'étude.

Partager cet article :