Des mesures pour améliorer l’accompagnement des chômeurs

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Le nombre de chômeurs doit diminuer de 150 000 à 250 000 personnes d’ici la fin 2021.
Le nombre de chômeurs doit diminuer de 150 000 à 250 000 personnes d’ici la fin 2021. Le nombre de chômeurs doit diminuer de 150 000 à 250 000 personnes d’ici la fin 2021.

Elles contrebalancent le durcissement des règles d’indemnisation : des mesures visant à améliorer l’accompagnement des demandeurs d’emploi figurent dans la réforme de l’assurance-chômage détaillée mardi 18 juin par le chef du gouvernement, Edouard Philippe, et par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

Inscription à Pôle emploi

L’exécutif juge crucial l’accompagnement des nouveaux chômeurs. Les économistes et les sociologues utilisent la métaphore de la « file d’attente inversée » pour décrire la situation des demandeurs d’emploi : les plus récents ont davantage de chances de trouver un poste que les plus anciens.

Dans les quatre premières semaines suivant l’inscription à Pôle emploi, tous les chômeurs « qui le souhaitent » auront droit à deux demi-journées d’accompagnement intensif avec l’organisme, explique le ministère du Travail dans son dossier de présentation de la réforme.

« La première demi-journée sera consacrée au diagnostic individualisé de la situation de la personne, à l’appropriation des nouveaux outils de Pôle emploi pour faciliter la recherche [...] et à la présentation de la situation du marché du travail » dans la zone géographique, détaille le ministère.

Selon votre situation, dans le cadre de la seconde demi-journée, vous pourrez bénéficier de conseils pour « mieux maîtriser les techniques efficaces de recherche d’emploi », par exemple sur la rédaction de votre CV.

Le ministère du Travail affirme que « tous les conseillers de Pôle emploi seront formés » à ce service « d’ici l’été 2020 », la mesure devant entrer en application de façon progressive à partir du 1er janvier prochain.

Cumul ou alternance prolongés entre l’emploi et le chômage

Un accompagnement spécifique doit être mis en place auprès des personnes cumulant ou alternant de façon prolongée périodes de travail et de chômage. Il sera proposé par des opérateurs privés, auxquels Pôle emploi aura confié une prestation.

Objectif : « réactiver la rechercher d’emploi des travailleurs précaires » notamment « en faisant un diagnostic en profondeur des causes » de leur situation, indique le ministère du Travail.

L’entrée en application de cette mesure est aussi prévue le 1er janvier 2020.

Aides pour répondre à des offres d’emploi

De nouvelles aides, par exemple à la garde d’enfant ou à la mobilité, doivent être mises en œuvre à compter du 1er janvier prochain, pour aider les chômeurs à répondre aux offres d’emploi.

Ces mesures doivent être « affinées et adaptées aux réalités des territoires au cours de la mobilisation territoriale » lancée par Edouard Philippe « et animée par les préfets de région et par les présidents de conseils régionaux ». La mobilisation doit s’achever à l’été 2019.

Les besoins d’accompagnement peuvent être différents en fonction des zones géographiques, rappelle le ministère du Travail, qui souligne la nécessité de « mieux articuler » les aides existantes.

Formation pour mettre à niveau vos compétences

Le 1er janvier 2020, tout chômeur « ayant reçu une proposition d’emploi stable » mais devant actualiser ses « compétences » pourra « bénéficier d’une formation sur-mesure » dispensée par Pôle emploi.

Ce dispositif correspondra en fait à « la préparation opérationnelle à l’emploi individuelle », créée en 2009.

Arrêt de la baisse des effectifs de Pôle emploi

Le ministère du Travail promet de mettre fin à la diminution des effectifs de l’établissement public engagée depuis trois ans. Pôle emploi doit être renforcé par l’embauche de 1 000 personnes. L’amélioration de l’accompagnement des entreprises et des chômeurs doit mobiliser au total 4 000 agents en équivalent temps plein (EQTP).

Le gouvernement s’engage en outre à mener « une modernisation » de l’organisme et à faire reculer le chômage, à hauteur de 150 000 à 250 000 demandeurs d’emploi à l’horizon de la fin 2021.

A lire aussi