Des coupures d’électricité sont possibles cet hiver

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Des coupures d’électricité sont possibles dans les semaines à venir, a prévenu l’entreprise Réseau de transport d’électricité (RTE) mardi 7 novembre.
Des coupures d’électricité sont possibles dans les semaines à venir, a prévenu l’entreprise Réseau de transport d’électricité (RTE) mardi 7 novembre. Des coupures d’électricité sont possibles dans les semaines à venir, a prévenu l’entreprise Réseau de transport d’électricité (RTE) mardi 7 novembre.

C’est un risque de l’hiver : des coupures d’électricité sont possibles dans les semaines à venir, a prévenu Réseau de transport d’électricité (RTE) mardi 7 novembre.

« Des arrêts non prévus » de centrales nucléaires «ou des conditions climatiques ‘‘hors norme’’ pourraient fragiliser l’alimentation électrique des Français », révèle dans un communiqué l’entreprise, gestionnaire du réseau de transport d’électricité. Une « telle situation pourrait perdurer jusqu’en 2020 ».

Cette sensibilité au grand froid s’explique par l’usage important du chauffage électrique en France. Selon les estimations indiquées par RTE dans une étude, « pour chaque degré de température en moins au niveau national, la consommation augmente jusqu’à 2 400 mégawatts au cœur de l’hiver ». Une telle hausse représente « l’équivalent » de la consommation à Paris.

Les mesures mises en œuvre

En cas déséquilibre entre l’offre et la demande, RTE sera amené d’abord à demander aux fournisseurs d’électricité d’agir. Des « moyens exceptionnels » devront ensuite être employés, à savoir :

  • l’appel aux gestes citoyens d’économie d’énergie, comme par exemple le fait de décaler l’usage des appareils de lavage (lave-vaisselle, lave-linge) aux heures creuses ou d’éteindre les appareils de veille ;
  • le recours à l’interruptibilité de gros consommateurs industriels ;
  • la baisse de 5 % de la tension sur les réseaux de distribution ;
  • en dernier recours, des coupures momentanées, localisées et tournantes.
A lire aussi