Dépendance : les attentes des Français en matière de prise en charge

9 Français sur 10 jugent la société inadaptée au vieillissement de la population, selon une étude Ipsos réalisée pour la Mutuelle Intégrance. Pour 81 %, les réponses à une meilleure prise en charge doivent provenir de l’Etat, des organismes publics ou des collectivités territoriales.
2mn de lecture
Dépendance : les attentes des Français
85 % des Français âgés de 55 à 75 ans redoutent le risque de dépendance. © CasarsaGuru

Alors que la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, doit présenter un projet de loi sur la dépendance en Conseil des ministres à l’automne prochain, une étude Ipsos* réalisée pour la Mutuelle Intégrance dévoile les craintes des Français âgés de 55 à 75 ans liées au vieillissement et leurs attentes en matière de prise en charge de la dépendance.

A l’idée de vieillir, 85 % des personnes interrogées redoutent le risque de dépendance, 61 % le manque de ressources financières (notamment les femmes) et 57 % la peur de se retrouver isolés. Malgré ces craintes, ils anticipent trop peu et trop rarement la dépendance. Quand ils le font, c’est avant tout en épargnant (51 %), en aménageant leur logement (17 %) ou en signant un contrat d’assurance leur permettant de financer les éventuels frais liés au vieillissement (14 %).

En revanche, ils attendent de la société qu’elle s’en soucie en adaptant plus fortement la manière dont les seniors y sont accueillis. 89 % des sondés estiment, en effet, que la société n’est pas adaptée au vieillissement de la population et 91 % considèrent qu’elle ne valorise pas les seniors.

Les Français attendent des solutions publiques

Aussi, leurs attentes vis-à-vis des pouvoirs publics sont fortes. Pour 81 % des personnes interrogées, les réponses à une meilleure prise en charge et anticipation de la dépendance doivent avant tout être publiques et provenir de l’Etat (51 %), des organismes publics (33 %) ou des collectivités territoriales (33 %). En ce qui concerne le financement de l’accueil et de l’accompagnement, 84 % attendent une intervention publique, de la part de l’Etat (56 %) et/ou des collectivités territoriales (32 %) et/ou d’organismes publics (31 %). Plus d’un Français sur quatre comptent sur les solutions « privées » (viager, succession, épargne), 13 % sur la famille, 5 % sur les professionnels de santé et 2 % sur les associations.

Créer un 5e risque « dépendance »

Pour répondre aux besoins des personnes vieillissantes, la Mutuelle Intégrance formule plusieurs propositions parmi lesquelles la création d’un 5e risque dépendance financé en partie par la Contribution à la réduction de la dette sociale (CRDS), qui a été créée pour combler le « trou de la Sécu ». Elle plaide également pour la diversification des modes d’accueil et d’hébergement (jour, temporaire, d’urgence, forme d’habitat alternatif…) et la labellisation des services et dispositifs d’aide à destination des publics vulnérables (Ehpad, services d’aide à domicile et d’accompagnement, organismes et complémentaires santé).

* Sondage Ipsos pour la Mutuelle Intégrance, réalisée du 3 au 11 avril 2019 par Internet auprès de 1 000 personnes représentatives de la population française, âgées de 55 à 75 ans.

À lire aussi
df
Sarah Corbeel
Publié le

Immobilier, droit du travail, retraite...

Besoin d'une réponse personnalisée ?

Nos experts sont là pour vous accompagner

J'appelle

Du lundi au samedi de 9h à 20h.

0,15 € TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C'est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

Plus d'actus