Dépannage à domicile : afficher les tarifs en ligne devient obligatoire

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
En 2014, la DGCCRF a relevé 8 845 plaintes dans le secteur du dépannage à domicile.

Plombiers, serruriers, électriciens et autres dépanneurs à domicile devront, s’ils ont un site, afficher leurs tarifs sur Internet à partir du 1er avril 2017, d’après un arrêté paru samedi 28 janvier au Journal officiel.

Et de toute façon, avant toute prestation, le professionnel doit communiquer au particulier les informations suivantes :

  • le taux horaire de main-d’œuvre estimé ;
  • les modalités de décompte du temps estimé ;
  • les prix TTC des différentes prestations forfaitaires ;
  • les frais de déplacement ;
  • le caractère payant ou gratuit du devis et, le cas échéant, le coût d’établissement du devis.

Un devis détaillé

Ces informations devront ainsi être « aisément accessibles sur tout espace de communication en ligne dédié au professionnel », précise l’arrêté. Elles doivent également être visibles à l’intérieur ou à l’extérieur de ses locaux.

Par ailleurs, avant la réalisation des travaux, le professionnel doit remettre au client un document unique détaillant les informations auparavant précisées dans les documents appelés « devis » et « ordre de réparation ». Le client doit être informé qu’il peut conserver les pièces, éléments ou appareils remplacés.

Lutter contre les arnaques

Cette obligation de transparence vise à éviter les arnaques, trop nombreuses dans ce secteur. Depuis plusieurs années, le dépannage à domicile constitue en effet l’un des premiers postes d’enregistrement des plaintes reçues par les services de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). En 2014, elle en a reçues 8 845.

Parmi les infractions relevées, se trouvent « des manquements à l’obligation d’information précontractuelle », des « publicités trompeuses, voire des pratiques commerciales agressives ». « La vulnérabilité des consommateurs s’explique en grande partie par leur mauvaise information sur les opérateurs et les pratiques commerciales », explique l’organisme.

En septembre dernier, la DGCCRF a mené une campagne nationale de sensibilisation destinée à informer les consommateurs sur les pratiques malhonnêtes de certains professionnels du dépannage à domicile.

A lire aussi