Dates de péremption : une pétition pour lutter contre le gaspillage

Les pétitionnaires appellent les industriels à préciser la mention « À consommer de préférence avant ».

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
La date de durabilité minimale est différente de la date limite de consommation.
La date de durabilité minimale est différente de la date limite de consommation.

Faut-il modifier le système des dates de péremption ? C’est ce que souhaitent les créateurs de l’application mobile Too Good To Go, qui ont publié une pétition sur le site change.org mardi 16 octobre, Journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire.

« Nous appelons à une révision de la sémantique utilisée pour la désignation des dates de durabilité minimale (DDM) » pour préciser la mention « ‘‘À consommer de préférence avant’’ » par « ‘‘Mais toujours bon après/mais aussi après’’ », écrivent les auteurs.

Distinction avec la date limite de consommation

La DDM se distingue de la date limite de consommation (DLC). La DDM a « pour objectif de faire connaître au consommateur la date jusqu’à laquelle ces denrées conservent leurs qualités organoleptiques, physiques, nutritives, gustatives, etc. », explique le site economie.gouv.fr

« Pourvu que leur emballage n’ait pas été altéré, les denrées dont la DDM est dépassée peuvent être consommées sans risque », ajoute Bercy, qui évoque les exemples du café, des aliments de diététique infantile ou des pâtisseries sèches. Les magasins ne doivent pas retirer un produit dont la DDM est dépassée.

Au contraire, au-delà de la DLC, la vente est interdite, la consommation des produits concernés présentant un risque.

L’exemple de la Norvège

« Une sémantique plus claire permettrait une meilleure compréhension de ces dates et inciterait les citoyens à faire appel à leurs sens pour déterminer la durée de vie d’un produit », estiment les pétitionnaires.

« En Norvège, plusieurs industriels ont rajouté “Mais toujours bon après” sur leur packaging », souligne Too Good To Go. L’application invite les consommateurs à faire pression auprès de leurs « marques préférées » sur le réseau social Twitter, en utilisant le mot-clic #changetadate.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :