Dans quels secteurs crée-t-on des emplois  ?

L’Insee fait état d’un ralentissement de l’emploi salarié entre avril et juin, mais l’évolution du nombre de créations de poste suit des tendances différentes selon les secteurs.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Cinq mille emplois ont été créés au deuxième trimestre dans le secteur de la construction, selon l’Insee.
Cinq mille emplois ont été créés au deuxième trimestre dans le secteur de la construction, selon l’Insee.

L’emploi a continué à augmenter entre avril et juin, son treizième trimestre consécutif de progression, mais plus faiblement qu’entre janvier et mars, révèle l’Insee dans une enquête parue mardi 11 septembre. Le nombre de créations nettes d’emploi a atteint 12 500 au deuxième trimestre 2018, contre 47 500 au premier, précise l’Institut national de la statistique et des études économiques.

Si l’emploi salarié a baissé dans la fonction publique (– 11 800 postes), il a poursuivi sa hausse dans le privé (+ 24 300). « Sur un an, il s’accroît de 207 600 (soit + 0,8 %) : + 236 000 dans le privé et – 28 300 dans la fonction publique », indique l’Insee.

Dans ce contexte de ralentissement du nombre de créations de poste, l’évolution de l’emploi n’est pas uniforme suivant les secteurs, montrent les données de l’organisme.

La hausse de l’emploi secteur par secteur

Entre mars et juin, par rapport au trimestre précédent, l’emploi a marqué sa plus forte progression dans l’hébergement et la restauration, à hauteur de 8 500 postes. Sur cette période, le nombre de créations d’emploi a aussi augmenté dans les services aux entreprises (8 200), malgré le repli enregistré dans l’intérim (– 2 900). Le nombre de créations de poste a crû à des rythmes moins élevés dans les domaines suivants :

  • transport (5 100) ;
  • construction (5 000) ;
  • information-communication (3 400) ;
  • commerce (2 900) ;
  • industrie agroalimentaire (900) ;
  • agriculture (200).

Stagnation dans la cokéfaction et le raffinage, baisse dans d’autres secteurs

L’emploi a stagné dans la cokéfaction et le raffinage au deuxième trimestre.

Il a diminué dans les domaines suivants :

  • services non marchands (– 14 000) ;
  • services aux ménages (– 3 500) ;
  • matériels de transport (– 900) ;
  • secteurs industriels divers (– 900) ;
  • services financiers (– 800) ;
  • biens d’équipement (– 800) ;
  • services immobiliers (– 500) ;
  • énergie, eau, déchets (– 400).
df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :