CSG : les retraités modestes devront payer avant d’être remboursés en juillet 2019

1 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
L’annulation de la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) sera effective au plus tard en juillet 2019.
L’annulation de la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) sera effective au plus tard en juillet 2019. L’annulation de la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) sera effective au plus tard en juillet 2019.

Il y a une semaine le président de la République annonçait l’annulation dès 2019 de la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) pour les retraités percevant 2 000 euros ou moins de pension par mois. Pour les couples, le bénéfice de la mesure sera ouvert jusqu’à un plafond de 3 000 €.

Mais dans la pratique, la mesure ne sera pas effective dès le début de l’année 2019. « La CSG est un impôt, on n’a pas les revenus de 2018, qui n’ont pas encore été déclarés, donc on ne peut pas la calculer », a expliqué la ministre du Travail, Muriel Pénicaud au micro de RTL lundi 17 décembre.

« Les gens vont continuer à la payer jusqu’à, au plus tard, le 1er juillet, a détaillé la ministre, et ils vont être remboursés de toutes les sommes depuis le 1er janvier. Il y aura un très gros chèque ou un virement au plus tard au 1er juillet ».

Selon Le Parisien, ce décalage est acté dans le projet de loi qui contient les annonces d'Emmanuel Macron et qui sera présenté en Conseil des ministres mercredi 19 décembre.

Environ 60 % des retraités concernés par la hausse de la CSG

La CSG a progressé de 1,7 point le 1er janvier 2018 pour compenser la perte de recettes provoquée par la baisse des cotisations sociales salariales. Selon Bercy, près de 60 % des personnes à la retraite, soit 7,5 millions de personnes, ont vu leur taux de CSG passer de 6,6 % à 8,3 %. Il s’agit des retraités disposant d’un revenu fiscal de référence supérieur à 14 404 € pour une personne seule et 22 051 € pour un couple. Les 40 % restants, aux revenus plus modestes, sont soit exonérés de CSG, soit soumis à un taux réduit à 3,8 %.

A lire aussi