Cosmétiques : les particules plastiques interdites en 2018

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Le 1er janvier 2018, gommages et gels douche contenant des microbilles de plastique seront interdits.
Le 1er janvier 2018, gommages et gels douche contenant des microbilles de plastique seront interdits. Le 1er janvier 2018, gommages et gels douche contenant des microbilles de plastique seront interdits.

Peut-être utilisez-vous sans le savoir des gommages pour la peau, gels douche ou dentifrices contenant des particules plastiques solides. Le 1er janvier 2018, ils seront enfin interdits, comme vient de le préciser un décret paru dans le Journal officiel du 8 mars. C’est la loi Biodiversité, adoptée le 20 juillet 2016, qui a proscrit les microbilles de plastique des « produits cosmétiques rincés à usage d’exfoliation ou de nettoyage ».

Depuis les années 1990, l’industrie cosmétique a beaucoup utilisé les microbilles de plastique dans les produits de beauté. Ces microparticules composées en tout ou en partie de matière plastique se sont retrouvées comme agents exfoliants dans les gels douche, les gommages, les shampoings ou même les dentifrices.

Pollution des fonds marins

Le problème ? Après le rinçage, elles se répandent dans l’environnement. Comme elles mesurent moins de 5 mm, le plus souvent entre 0,1 mm et 0,15 mm, elles sont trop petites pour être filtrées par les stations d’épuration. Du coup, elles polluent les milieux marins, les rivières et des poissons ou les baleines les ingèrent.

De plus, ces microbilles de plastique sont des polymères non-biodégradables qui peuvent prendre des centaines d’années à se décomposer.

Devant un tel constat, plusieurs associations telle l’ONG Surfrider réclamaient depuis de nombreuses années leur interdiction. Aux Etats-Unis, elles devraient également être bannies en juillet prochain.

Cotons-tiges en plastique interdits en 2020

Le décret précise toutefois que les produits cosmétiques contenant des « particules d'origine naturelle non susceptibles de subsister dans les milieux, d'y propager des principes actifs chimiques ou biologiques ou d'affecter les chaînes trophiques animales » pourront toujours être commercialisés. Les microbilles seront donc remplacées par des produits minéraux comme de la poudre de noyau d’abricot ou des argiles.

Par ailleurs, l’interdiction de mise sur le marché à compter du 1er janvier 2020 des cotons-tiges à usage unique, dont la tige est composée de matières plastiques, est confirmée. Ils seront remplacés par un objet similaire fabriqué en papier biodégradable et compostable pour lutter conte la pollution.

A lire aussi