Copropriétés : où paie-t-on le plus de charges ?

Entretien de l’immeuble, services collectifs… Les charges de copropriétés peuvent peser lourd. Pour la première fois, un baromètre compare leur montant dans onze grandes villes. A Paris, elles sont 42 % plus élevées qu’en province.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Les charges de copropriétés sont 42 % plus chères à Paris qu’en province.
Les charges de copropriétés sont 42 % plus chères à Paris qu’en province.

Pour la première fois, une étude dresse un comparatif du montant moyen des charges de copropriétés dans onze grandes villes françaises. MeilleureCopro.com, site de conseil aux copropriétaires, a établi ce baromètre à partir de l’analyse de 180 000 annonces de biens en vente issues de différents portails immobiliers (Leboncoin, SeLoger, BienIci, etc.).

Sans surprise, les charges de copropriétés sont 42 % plus élevées à Paris qu’en province. Les copropriétaires parisiens paient en moyenne 1 992 € par an, tandis que les provinciaux déboursent en moyenne 1 400 €. Pour les copropriétés les plus chères, c’est-à-dire celles offrant le plus de services (espaces verts, gardien, ascenseur et chauffage collectif), la facture peut grimper jusqu’à 7 200 € dans la capitale, contre 3 500 € en province.

Dans le détail, après Paris, Nice se classe deuxième avec une moyenne de 1 800 € de charges sur l’année, suivie de Strasbourg (1 586 €), Lyon (1 552 €), Marseille (1 444 €), Rennes (1 320 €), Montpellier (1 265 €), Lille (1 186 €), Bordeaux (1 058 €) et enfin Nantes (1 048 €).

En rapportant le montant au mètre carré Carrez, la facture atteint 40 € par mètre carré par an à Paris, tandis qu’en province, elle va de 19 € à Bordeaux jusqu’à 32 € à Nice.

Chauffage, gardien et ascenseur sont les postes les plus onéreux

Ces écarts de prix entre les villes s’expliquent en partie par les taux d’équipements des copropriétés. Par exemple, 17 % des immeubles parisiens passés au crible sont équipés en chauffage collectif – poste pesant en moyenne 35 % dans le budget annuel – contre seulement 4 % à Bordeaux. A Paris, 22 % sont dotés de gardiens, contre moins de 10 % dans la plupart des autres villes. Et concernant la présence d’ascenseur, le taux d’équipement est de 39 % dans la capitale contre 27 % en province.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :