Conseil de retraités : il faut préparer sa retraite dès 42 ans

Les jeunes retraités interrogés par l’Agirc-Arrco conseillent aux actifs de s’informer sur leurs droits à la retraite dès 42 ans pour mesurer l’impact de leurs choix personnels et professionnels sur leur future pension.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Les jeunes retraités interrogés par l’Agirc-Arrco conseillent aux actifs de s’informer sur leurs droits à la retraite dès 42 ans.
Les jeunes retraités interrogés par l’Agirc-Arrco conseillent aux actifs de s’informer sur leurs droits à la retraite dès 42 ans.

Jusqu’à samedi 17 novembre, les régimes de retraites complémentaires des salariés du privé Agirc-Arrco organisent la 3e édition des Rendez-vous de la retraite. L’occasion pour les actifs – quel que soit leur âge – de poser leurs questions à des experts en ligne ou sur place. Il n’est en effet jamais trop tôt pour y penser comme le rappelle une enquête de l'Agirc-Arrco réalisée par OpinionWay auprès de 10 934 personnes retraitées depuis moins de trois mois.

58 % des sondés ont déclaré s’être informés sur leurs droits de retraite après 55 ans, 29 % à 50 ans et seulement 13 % avant. Mais s’ils pouvaient recommencer, les néo-retraités s’y prendraient en moyenne à l’âge de 42 ans.

Méconnaissance de l’impact des choix de vie sur la retraite

Car c’est seulement une fois à la retraite qu’ils mesurent l’impact de leurs choix de vie (un travail à temps partiel, un congé parental, une création d’entreprise, un arrêt de travail…) sur le montant de leur pension. 30 % jugent la somme perçue « légèrement inférieure » à ce qu’ils pensaient toucher et 17 % « nettement inférieure ».

S’ils en avaient eu connaissance en amont, 68 % déclarent qu’ils auraient repensé leur choix personnel ou professionnel. Près d’une femme retraitée sur deux juge ainsi important l’incidence générée sur le montant de leur pension d’un arrêt de travail pour maladie ou chômage, d’un travail à temps partiel ou d’un congé parental.

Si 65 % déclarent avoir eu connaissance de l’impact d’un temps partiel ou d’un congé parental sur la retraite, l’incidence d’autres situations de vie est nettement moins connue. Seulement 28 % des nouveaux retraités savent par exemple que le mariage ouvre des droits à la réversion, contrairement au Pacs ou au concubinage.

Pour éviter les mauvaises surprises, 36 % des sondés conseillent donc aux actifs de s’y prendre tôt et 17 % de s’informer via les sites Internet des organismes de retraite.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :