Congé maternité : le rattrapage salarial est obligatoire

Pour la Cour de cassation, une salariée a toujours droit aux « augmentations générales » de rémunération dont ses collègues ont bénéficié pendant son congé maternité.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Dans certaines hypothèses, à l’issue d’un congé maternité, votre employeur est tenu de vous accorder une hausse de salaire.
Dans certaines hypothèses, à l’issue d’un congé maternité, votre employeur est tenu de vous accorder une hausse de salaire.

Vous vous apprêtez à revenir d’un congé maternité ? Dans certaines hypothèses, votre employeur est tenu de vous accorder une hausse de salaire.

La Cour de cassation a rappelé qu’à l’issue d’un congé maternité, une femme doit bénéficier « des augmentations générales ainsi que de la moyenne des augmentations individuelles perçues pendant la durée de ce congé par les salariés relevant de la même catégorie professionnelle ou, à défaut, de la moyenne des augmentations individuelles dans l’entreprise ». La juridiction a mis en œuvre l’article L. 1225-26 du Code du travail, dans une décision rendue le 14 février et repérée par le site du mensuel Intérêts privés.

Dans l’affaire examinée, Séverine, chargée de communication, avait « sciemment […] accepté de percevoir une prime exceptionnelle de 400 euros dans un courriel au directeur marketing » de son entreprise, en remplacement de la hausse de « 2,2 % due » pour cette année.

Elle avait saisi la justice notamment pour bénéficier « du dispositif légal de rattrapage des augmentations de salaire ». La cour d’appel de Versailles avait rejeté « sa demande de rappel de salaire », en raison précisément de son accord.

La plus haute juridiction judiciaire « casse et annule » l’arrêt, « seulement en ce qu’il déboute » Séverine « de cette demande ».

Aucune dérogation

Pour la Cour de cassation, « d’ordre public », l’article L. 1225-26 du Code du travail ne peut faire l’objet d’aucune exception. Un accord de la salariée pour y déroger ne peut produire effet.

L’objectif du texte visé, issu d’exigences européennes, est de garantir l’égalité des rémunérations entre les femmes et les hommes.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :