Compteur Linky : l’UFC-Que Choisir lance une pétition

L’association de consommateurs a lancé jeudi dernier une pétition en ligne pour dénoncer le coût du déploiement du compteur électrique « intelligent » Linky. Les ménages devront payer 15 euros par an sur dix ans pour rembourser leur installation.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Les ménages devront payer 15 euros par an sur dix ans pour rembourser l'nstallation des compteurs.
Les ménages devront payer 15 euros par an sur dix ans pour rembourser l'nstallation des compteurs.

Débuté en 2015, le déploiement du compteur communicant Linky d’Enedis, filiale d’EDF, dans les 35 millions de foyers de l’Hexagone doit se poursuivre jusqu’à fin 2021. Une installation qui ne se fait pas sans contestation. Les opposants craignent une utilisation de leurs données personnelles et d’éventuels risques sanitaires liés à l’exposition aux ondes électromagnétiques. L’UFC-Que Choisir vient de leur donner un nouvel argument pour s’y opposer : son coût !

« Vous allez payer 15 € par an pendant 10 ans pour permettre à Enedis d’installer un compteur communicant pour lequel vous n’avez aucune contrepartie », interpelle l’association de consommateurs dans une pétition en ligne qui a déjà recueilli plus de 138 000 signatures.

Elle s’appuie sur un rapport de la Cour des comptes publié début février 2018. A raison de 130 € par boîtier, pose comprise, le document estime le coût total du déploiement des compteurs Linky à près de 5,7 milliards d’euros. Enedis a avancé les frais d’installation et sera remboursé avec intérêts à partir de 2021 dans les factures des consommateurs. Selon les calculs de la Cour des comptes, Enedis va empocher 500 millions d’euros.

Des gains insuffisants

Or, les gains apportés par les compteurs intelligents - qui permettent de connaître sa consommation d’électricité en temps réel - sont jugés « insuffisants ». « Les informations disponibles via les compteurs sont très maigres et peu accessibles », déplore l’UFC-Que Choisir. « L’affichage déporté, permettant une information en temps réel plus complète et lisible, est limité aux seuls ménages précaires ».

L’association de consommateurs demande donc aux autorités publiques (Etat, Commision de régulation de l’énergie) d’intervenir pour « améliorer le dispositif » afin d’en faire « un véritable outil de maîtrise de sa consommation » et de revoir les conditions de financement, notamment « les conditions de rémunération d’Enedis ».

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :