Combien faut-il payer pour récupérer votre véhicule à la fourrière ?

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Votre voiture peut être enlevée dans certaines situations.
Votre voiture peut être enlevée dans certaines situations. Votre voiture peut être enlevée dans certaines situations.

Votre véhicule a été mis à la fourrière ? Vous devez régler une somme d’argent pour le récupérer. Le gouvernement d’Edouard Philippe a augmenté, dans un arrêté publié dimanche 30 décembre 2018 au Journal officiel, les montants maxima qui peuvent être exigés :

Voitures particulières

Voici les plafonds applicables aux voitures particulières :

Immobilisation matérielle7,60 €
Opérations préalables15,20 €
Enlèvement119,20 €
Garde journalière6,3 €
Expertise61 €

Motos

Pour récupérer un cyclomoteur ou une moto, les sommes sont plus faibles :

Immobilisation matérielle7,60 €
Opérations préalables7,60 €
Enlèvement45,70 €
Garde journalière3 €
Expertise30,50 €

Attention : ces montants ne concernent pas les communes de Paris, Marseille, Lyon et Toulouse. Pour connaître les montants appliqués dans ces villes en 2018, consultez le site demarches.interieur.gouv.fr.

Les frais d’expertise ne sont pas systématiques. Ils portent sur la vérification des « points essentiels de sécurité (direction, suspension, freins, roues…) », menés à partir du 4e jour suivant l’enlèvement, explique le ministère de l’Intérieur.

Les situations justifiant une mise en fourrière

Selon le ministère de l’Intérieur, votre véhicule peut être mis en fourrière dans les cas suivants :

  • entrave à la circulation ;
  • stationnement gênant, très gênant, abusif ou dangereux ;
  • défaut de présentation aux contrôles techniques ou non-exécution des réparations prescrites ;
  • dépassement de la vitesse maximale autorisée de 50 km/h ou plus ;
  • infraction à la protection des sites et paysages classés, ou circulation dans les espaces naturels ;
  • véhicule immobilisé pour une infraction qui n’a pas cessé après 48 heures.

Pour lire l’arrêté, cliquez ici.

A lire aussi