Combien de temps dure le chômage ?

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
L’Insee donne des indices sur la durée de la recherche d’emploi des chômeurs.
L’Insee donne des indices sur la durée de la recherche d’emploi des chômeurs. L’Insee donne des indices sur la durée de la recherche d’emploi des chômeurs.

Sujet fréquemment abordé dans le débat public, le chômage touchait en moyenne 3 millions de personnes en 2016, soit 10,1 % de la population active, au sens du Bureau international du travail (BIT). L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) rappelle ces données tout en donnant des indices sur la durée de la recherche d’emploi, dans une enquête publiée mardi 25 juillet sous un titre optimiste : « Quitter le chômage ».

« En 2016, 42 % des personnes qui deviennent chômeuses un trimestre donné […] ne sont plus au chômage le trimestre suivant. Cette part est de 64 % au bout de deux trimestres, puis de 73 % au bout de trois trimestres, et atteint 77 % après » un an, écrivent les auteurs.

Une baisse progressive des probabilités de retrouver un emploi

Au fil du temps, les probabilités de (re)trouver un poste s’amenuisent, en raison d’une perte de compétences « ou d’un mauvais signal envoyé aux employeurs potentiels par exemple ». « Ainsi, en 2016, les personnes au chômage depuis au moins trois ans ont quatre fois moins de chances de trouver » un travail « dans le trimestre qui suit par rapport aux chômeurs de moins d’un an : 6,7 % contre 27,8 % », explique l’Insee.

Pour l’organisme, « les personnes les plus aptes à trouver un emploi sortent du chômage plus rapidement (par leur diplôme, leur expérience antérieure, etc.) et celles qui restent concentrent des profils pour lesquels l’insertion professionnelle est plus difficile ».

Les économistes et les sociologues utilisent la métaphore de la « file d’attente inversée » pour décrire la situation des demandeurs d’emploi, les plus récents trouvant plus facilement un poste que les autres.

A lire aussi