Chômage : les Français sont prêts à changer de métier

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
59 % des sondés se déclarent prêts à changer de métier pour retrouver du travail.
59 % des sondés se déclarent prêts à changer de métier pour retrouver du travail. 59 % des sondés se déclarent prêts à changer de métier pour retrouver du travail.

Les derniers chiffres de Pôle emploi sont tombés lundi 26 décembre. Pour le troisième mois consécutif, le nombre de chômeurs baisse, une première depuis février 2008. Pour retrouver un emploi, les Français se disent d’ailleurs prêts à changer de métier, déménager, suivre une formation, prendre un poste moins qualifié. C’est l’une des conclusions du sondage en ligne sur le monde du travail menée depuis septembre dernier par la Confédération française démocratique du travail (CFDT).

Plus de 200 000 personnes ont déjà répondu aux 170 questions de « Parlons travail », « la plus grande enquête jamais réalisée sur le travail », d’après le syndicat. 49 % sont adhérents à la CDFT et 51 % non syndiqués. 66 % des participants viennent du privé et 28 % sont fonctionnaires. Il est encore possible d’y répondre avant le 31 décembre.

Les 41-55 ans sont les plus flexibles

D’après les résultats, 55 % des personnes interrogées ont déjà vécu une période de chômage. Elles sont 59 % à se déclarer prêtes à changer de profession pour retrouver le chemin de l’emploi. Par tranche d’âge, ce sont les 41-55 ans qui se montrent les plus flexibles puisqu’ils sont 65 % pour les hommes et 64 % pour les femmes à accepter d’exercer un autre métier.

Ils se tourneraient vers les secteurs qui recrutent comme les services à la personne, le bâtiment, l’hôtellerie-restauration, la santé, l’automobile, le social. Mais également vers les métiers paramédicaux : kinésithérapeute, ergothérapeute, psychomotricien, audioprothésiste, auxiliaire de vie…

Autre solution envisagée pour sortir du chômage : créer son entreprise dans un secteur porteur (le e-commerce, l’économie collaborative, le bien-être, etc.). 53 % sont ainsi prêts à « se former, préparer des concours, reprendre des études » dont 56 % de femmes et 48 % d’hommes. Ce sont les 28-40 ans qui sont les plus disposés à le faire (à 63 %) suivis par les 41-55 ans (à 55 %).

25 % des sondés déménageraient pour avoir du travail

Par ailleurs, 34 % accepteraient un poste moins qualifié et 31 % seraient d’accord pour voir leurs revenus diminuer. Ils sont aussi prêts, pour 25 % d’entre eux, à déménager ou à aller travailler loin de chez eux (21 %). 18 % partiraient même à l’étranger.

Dans l’ensemble, l’enquête montre que les Français accepteraient beaucoup de changements dans leur vie pour retrouver un emploi.

Les résultats définitifs de l’enquête seront communiqués en mars 2017. Pour la CFDT, l’objectif est d « imposer la question du travail dans le débat public » pendant la campagne présidentielle.

Pour retrouver toutes les données de l’enquête de la CFDT, cliquez ici.

A lire aussi