Chômage : le gouvernement relance les emplois francs dans les quartiers

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
20 000 emplois devraient bénéficier du dispositif des emplois francs en 2018.
20 000 emplois devraient bénéficier du dispositif des emplois francs en 2018. 20 000 emplois devraient bénéficier du dispositif des emplois francs en 2018.

Les emplois francs, une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron, devraient être expérimentés en 2018, selon un amendement au projet de loi de finances 2018 adopté mardi 31 octobre en commission à l’Assemblée nationale. Le principe du dispositif est d’accorder une prime à toute entreprise, où qu’elle soit située, qui décide d’embaucher un habitant issu d’un des 1500 quartiers définis comme « prioritaires » par la politique de la ville. Pour une embauche en CDI, l’aide sera « de 15 000 €, répartie sur les trois premières années, ce qui équivaudrait à une exonération totale de charges », et pour un CDD, « la prime sera de 5 000 € sur deux ans ».

L’amendement au projet de budget de la mission travail et emploi prévoit que 20 000 emplois francs soient expérimentés à partir de 2018, pour un financement de 64 millions d’euros, dans quelques zones pilotes. « On va fonctionner sur un appel à projets pour déterminer les territoires qui bénéficieront de l’expérimentation », a expliqué à l’AFP Matthieu Orphelin, l’un des députés à l’origine de l’amendement.

Au terme de cette phase pilote, « des recommandations seront formulées, visant à ajuster le dispositif en amont de sa généralisation au niveau national », détaille le texte.

Un échec sous François Hollande

Sans être tout à fait identique, le dispositif a été testé en 2013 et 2014 pendant le quinquennat de François Hollande. L’objectif était alors de créer 10 000 emplois francs sur trois ans, grâce à une subvention de 5 000 € versée en deux fois pour l’embauche en CDI d’un jeune chômeur de moins de trente ans issu d’un quartier prioritaire. Mais en octobre 2014, seuls 280 contrats avaient été signés et le dispositif était abandonné.

Cette fois, il devrait s’adresser à tous les habitants, quels que soient leur âge et leur qualification.

A lire aussi