Chômage de longue durée : deux nouvelles primes pour favoriser le retour à l’emploi

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© monkeybusinessimages

Deux nouvelles mesures pour lutter contre le chômage de longue durée, qui a augmenté du fait de la crise sanitaire, sont entrées en vigueur lundi 1er novembre. Les deux décrets d’application ont été publiés le 30 octobre au Journal officiel. Ces mesures font partie du plan de réduction des tensions de recrutement annoncé le 27 septembre dernier par le Premier ministre, Jean Castex.

Une prime à l’embauche de 8 000 €

La première est une prime de 8 000 € accordée aux employeurs qui recrutent en contrat de professionnalisation des chômeurs inscrits à Pôle emploi depuis au moins douze mois au cours des quinze derniers mois et âgés d’au moins 30 ans.

Pour y avoir droit, le contrat de professionnalisation doit être conclu entre le 1er novembre 2021 et le 30 juin 2022 et viser un diplôme ou un titre à finalité professionnelle équivalant au plus au niveau 7 (Bac+5) du cadre national des certifications professionnelles (CNCP), un certificat de qualification professionnelle (CQP) de branche ou interbranches ou un contrat de professionnalisation « expérimental » prévu à l'article 28 de la loi n° 2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, précise le décret.

L’aide est versée par Pôle emploi la première année d’exécution du contrat, à raison d’un versement le premier mois suivant la transmission de la décision d’attribution de l’aide, puis tous les trois mois.

Cette prime vient en complément des mesures déjà en place. Dans le cadre du plan « un jeune, une solution », une prime de 5 000 € pour le recrutement d’un apprenti de moins de 18 ans et de 8 000 € pour l’embauche d’un apprenti âgé de 18 à 29 ans révolus sont prévues jusqu’au 30 juin 2022.

Une prime de 1 000 € pour les chômeurs de longue durée en formation

La seconde mesure est une aide exceptionnelle de 1 000 € accordée cette fois aux demandeurs d’emploi de longue durée se formant en entreprise dans un secteur qui recrute comme l’hôtellerie, la restauration ou le bâtiment. « Cette aide est destinée à faciliter l’accès à l’emploi des personnes les plus éloignées souvent confrontées à des difficultés matérielles qui les freinent pour revenir dans le monde du travail », rappelle le ministère du Travail dans un communiqué.

Pour y avoir droit, ils doivent être inscrits à Pôle emploi depuis au moins douze mois au cours des quinze derniers mois et débuter entre le 1er novembre 2021 et le 31 décembre 2022 :

  • une préparation opérationnelle à l’emploi individuelle (POE I), un dispositif qui permet aux employeurs de former un candidat demandeur d’emploi à leur prise de poste ;
  • ou une formation nécessaire à l’acquisition des compétences requises pour occuper un emploi correspondant à une offre déposée par une entreprise auprès de Pôle emploi, financée en tout ou partie par celui-ci.

L’aide est versée par Pôle emploi en deux fois. Un premier versement de 500 € est effectué au plus tard un mois après l’entrée en formation et le solde de l’aide est octroyé à l’issue de la formation, précise le décret.

Avec ces deux primes, le gouvernement espère réduire le chômage de longue durée. Sur les 5,871 millions de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi (catégories A, B et C) au troisième trimestre 2021 en France (hors Mayotte), 2,92 millions sont au chômage depuis au moins un an, soit près d’un demandeur d’emploi sur deux.

A lire aussi