Chiens guides d’aveugles : interdiction de les refuser dans les lieux publics

Commerces, restaurants, musées, cabinets médicaux… Les chiens guides d’aveugles ou d’assistance d’une personne handicapée ont accès à tous les lieux publics. Tout refus est passible d’une amende.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Jusqu’au 20 mai, les chiens guides sont à l’honneur à travers une campagne nationale de sensibilisation.
Jusqu’au 20 mai, les chiens guides sont à l’honneur à travers une campagne nationale de sensibilisation. Jusqu’au 20 mai, les chiens guides sont à l’honneur à travers une campagne nationale de sensibilisation.

Jusqu’au 20 mai, la Fédération française des associations de chiens guides d’aveugles (FFAC) organise une campagne nationale de sensibilisation intitulée « Les chiens guides c’est Wouf ! ». Elle veut interpeller le grand public sur les obstacles franchis au quotidien par les 200 000 personnes aveugles ou en situation de déficience visuelle.

Ces compagnons à quatre pattes sont, en effet, formés pendant deux ans pour obéir à 50 ordres et accompagner leur futur maître dans les tâches les plus ordinaires comme monter les escaliers ou repérer les passages piétons ou les bouches de métro. Chaque année, ils sont environ 230 à être remis gratuitement.

Leur accès est autorisé dans tous les lieux publics

Mais malgré l’aide évidente qu’ils apportent au quotidien, des lieux publics interdisent la libre circulation de ces animaux. Une enquête nationale réalisée en 2013 dans plus de 1 000 lieux ouverts au public (commerces, restaurants, services publics, etc.) avait montré que 15 % des maîtres accompagnés de leurs chiens-guides s’étaient vu leur accessibilité freinée ou refusée.

Pourtant, depuis la loi du 11 février 2005, autoriserl’accès aux chiens guides d’aveugles ou d’assistance dans un lieu ouvert au public est obligatoire. Un refus peut être puni de l’amende prévue pour les contraventions de la troisième classe, soit 150 à 450 €.

Par ailleurs, le port de la muselière n’est pas obligatoire à condition de pouvoir justifier de l’éducation de son chien guide.

Pour en savoir plus : www.cestwouf.fr

A lire aussi :

A lire aussi

Partager cet article :