Changer de prénom, c’est désormais plus facile

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Vous devez transmettre votre demande de changement de prénom à la mairie de votre lieu de résidence ou à celle de votre lieu de naissance.
Vous devez transmettre votre demande de changement de prénom à la mairie de votre lieu de résidence ou à celle de votre lieu de naissance. Vous devez transmettre votre demande de changement de prénom à la mairie de votre lieu de résidence ou à celle de votre lieu de naissance.

À côté de prénoms classiques, certains parents osent des prénoms plus originaux, voire farfelus, comme en témoigne L’Antiguide des prénoms publié en 2017 aux éditions First. Ainsi, en France, des enfants s’appellent Merdive, Boghosse, Tuba ou encore Jiscadestin. Pas sûr qu’ils le vivent bien… Ou plus récemment, ces parents habitant à Léguevin, près de Toulouse, qui ont donné à leur nouveeau-né le prénom « Jihad ». La mairie a saisi le procureur de la République.

Comment changer de prénom

Depuis la loi de modernisation de la justice du XXIe siècle du 19 novembre 2016, les démarches pour changer son prénom sont plus simples.

Désormais, la demande peut être effectuée auprès de la mairie de son lieu de résidence ou de celle de son lieu de naissance. C'est l'officier de l’état civil qui se charge de la procédure qui est gratuite et rapide.

Auparavant, il fallait porter la demande devant le juge aux affaires familiales du tribunal du lieu de domicile ou du lieu de naissance. La procédure était coûteuse, entre 500 et 1 500 euros, puisqu’elle nécessitait l’assistance d’un avocat. Elle était également plus longue, puisqu’il fallait attendre entre trois mois et un an pour une audience devant un juge.

Avoir une raison légitime de changer

Il faut justifier d’un intérêt légitime à solliciter ce changement. Si l’officier d’état civil accepte cette demande, le nouveau prénom sera directement inscrit sur le registre de l’état civil. L’acte de naissance sera automatiquement modifié.

L’intérêt légitime est justifié quand notamment :

  • le prénom est ridicule ou l’association prénom et nom est ridicule ;
  • un autre prénom est utilisé dans la vie courante ;
  • en cas de transsexualisme ;
  • le prénom a une consonance étrangère ;
  • il y a un motif religieux.

Entre 2 600 et 2 800 demandes chaque année

En revanche, l’officier d’état civil pourra saisir le procureur de la République s’il juge que « la demande ne revêt pas un intérêt légitime ». En particulier, lorsqu’elle est contraire à l’intérêt de l’enfant ou aux droits des tiers à voir protéger leur nom de famille (par exemple, si le prénom choisi est un patronyme célèbre). Si le procureur s’oppose au changement, le demandeur a la possibilité de saisir le juge aux affaires familiales.

Attention, les parents souhaitant modifier le prénom de leur enfant doivent avoir son consentement s’il est âgé de plus de treize ans.

Tous les ans, entre 2 600 et 2 800 personnes font la démarche de changer de prénom. Avec la simplification de la procédure, les demandes devraient se multiplier.

A lire aussi