Changer de fournisseur d’énergie : ce que les Français en savent

La connaissance des règles encadrant les marchés de l’électricité et du gaz est meilleure, indiquent le Médiateur de l’énergie et l’institut Market Audit dans une enquête.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Vous avez le droit de changer de fournisseur d’énergie.
Vous avez le droit de changer de fournisseur d’énergie.

La possibilité de changer de fournisseur d’énergie est de plus en plus connue des consommateurs : c’est l’un des enseignements du baromètre annuel Energie-Info, publié mardi 13 novembre par le Médiateur de l’énergie et l’institut d’études Market Audit à partir d’un sondage*.

La possibilité de changer de fournisseur

Deux tiers des personnes interrogées (66 %) savent qu’elles ont le droit de changer d’opérateur. Par rapport à 2017, le niveau de connaissance de cette faculté marque une hausse de 16 points pour l’électricité et de 17 points pour le gaz naturel.

Cette connaissance « dépasse pour la première fois depuis 10 ans les 60 % », écrivent les auteurs de l’enquête.

S’agissant de l’électricité, « le droit au changement de fournisseur […] est davantage connu des cadres (80 %), des professions intermédiaires (75 %) et des Français qui ont été démarchés par un fournisseur concurrent du leur ».

La concurrence de plusieurs opérateurs

« Les Français sont de plus en plus nombreux à savoir que EDF et Engie sont deux entreprises différentes et concurrentes », à hauteur toutefois de seulement 38 %, contre 33 % en 2017.

Sur l’ensemble des personnes ayant répondu au sondage, 66 % « connaissent au moins un autre fournisseur d’électricité que le leur parmi la trentaine actuelle ». Le niveau atteignait 46 % l’année dernière.

« De même, 51 % des utilisateurs de gaz naturel connaissent un autre fournisseur » de cette énergie « que le leur ». Un niveau en hausse de 20 points par rapport à 2017.

L’existence des tarifs réglementés

Proposés par EDF, Engie et des entreprises locales de distribution, les tarifs réglementés sont fixés suivant des formules tarifaires obligatoires. Parmi les sondés, 60 % en « ont entendu parler ».

Mais aux yeux de nombreux consommateurs, leur fonctionnement est encore flou : ainsi, 45 % des personnes interrogées croient que ces tarifs peuvent être obtenus auprès de l’ensemble des fournisseurs d’énergie.

Les tarifs réglementés sont voués à disparaître. Le projet de loi relatif à la croissance et à la transformation des entreprises (Pacte), actuellement débattu au Parlement, autorise le gouvernement à les supprimer par ordonnance.

* Le sondage a été réalisé selon la méthode des quotas du 4 au 27 septembre auprès d’un échantillon représentatif de 1 501 foyers, interrogés par téléphone.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :