Cash back : retirer des espèces chez le commerçant sera bientôt possible

Vous n’aurez bientôt plus besoin de passer par un distributeur automatique pour retirer de l’argent. Votre épicier ou votre fleuriste pourra vous fournir directement en espèces lors d’un achat par carte bancaire.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
La pratique du cash back va pouvoir se généraliser en France.
La pratique du cash back va pouvoir se généraliser en France. La pratique du cash back va pouvoir se généraliser en France.

Le Parlement a définitivement ratifié mercredi 25 juillet la directive européenne sur les services de paiement (DSP2), qui prévoit d’autoriser les commerçants à pratiquer le « cash back ». Au moment de régler leurs achats par carte bancaire, les clients pourront demander à payer une somme supérieure et obtenir la différence en pièces et billets.

Ce service est destiné à pallier la diminution du nombre de distributeurs de billets en France et à « répondre à l’isolement des territoires les plus reculés, dont les relais d’accès aux espèces sont souvent trop limités », expliquait en février dernier dans La Tribune la secrétaire d’Etat à l’Economie, Delphine Gény-Stéphann.

Le cash back existait déjà en France mais de manière limitée. A l’avenir, tous les commerçants qui le souhaitent pourront le pratiquer. Un décret doit encore paraître pour préciser le montant maximal autorisé à être retiré. Une fourchette de 100 à 150 € a été évoquée.

Une pratique répandue en Europe

Le cash back existe déjà en Allemagne, en Belgique, en Espagne, en Italie, en Irlande et au Royaume-Uni. Mais cette pratique reste marginale puisqu’elle représente moins de 2 % des montants retirés en Europe, selon la Banque centrale européenne (BCE). Le montant moyen retiré est de l’ordre de 15 €.

A lire aussi

Partager cet article :