Cartes BTP : début des envois

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Plus de 2,5 millions de salariés vont la recevoir.
Plus de 2,5 millions de salariés vont la recevoir. Plus de 2,5 millions de salariés vont la recevoir.

Les salariés du bâtiment et des travaux publics vont recevoir, à partir d’aujourd’hui, leur carte d’identification professionnelle. Le déploiement de la carte BTP se fera par zone géographique d’ici à septembre prochain, précise un arrêté publié mardi 21 mars au Journal officiel.

La première zone est le quart sud-ouest de la France (les régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie), suivie de la zone centre-est, puis sud-est, nord-ouest et enfin, l’Ile-de-France et l’Outre-mer.

Qui est concerné ?

Au total, plus de 2,5 millions de salariés travaillant dans 500 000 entreprises. Recevront leur carte, les salariés et intérimaires concourant directement à l’exécution, la conduite ou l’organisation des travaux sur les chantiers du bâtiment et de travaux publics ainsi que les salariés détachés et intérimaires détachés d’une entreprise étrangère.

Les employeurs sont tenus de demander la carte BTP via le site Internet dédié. Son coût est de 10,80 euros l’unité. En cas de perte, vol ou dégradation, une nouvelle carte doit être demandée.

Pour chaque zone géographique, les employeurs disposent de deux mois de délai pour effectuer les demandes de cartes. En cas d’absence de carte, ils encourent desamendes de 2 000 euros par salarié sans carte, dans la limite de 500 000 euros.

Quelle est la durée de validité de la carte ?

La carte BTP est valable toute la durée du contrat de travail pour un salarié en CDI (ou de la succession de contrats pour un salarié en CDD). Pour les salariés intérimaires d’entreprises de travail temporaire françaises, elle est valable cinq ans. Enfin, pour les salariés et intérimaires détachés, la validité dure le temps du détachement.

Lutter contre le travail illégal

Cette carte permettra de lutter contre le travail illégal. Obligatoire et quasiment infalsifiable, c’est un outil d’identification fiable. Désormais, un inspecteur du travail pourra, lorsqu’il se rendra sur un chantier, flasher le QR code qui se trouve sur la carte du salarié. « Cela lui donnera immédiatement accès à un certain nombre d’informations sur la personne, mais également sur l’entreprise qui l’emploie et sur le chantier sur lequel il travaille », précise le ministère du Travail dans un communiqué.

« Les conséquences sociales et économiques du travail illégal et de la fraude au détachement sont immenses : des risques pour les travailleurs, des pertes d’opportunités économiques pour les entreprises ainsi qu’un poids pour les finances publiques », rappelle Myriam El Khomri, la ministre du Travail.

A lire aussi