Cadres : dans quels secteurs les salaires augmentent-ils le plus ?

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
En 2017, le salaire médian des cadres s’élève à 43 544 euros brut, hors variable.
En 2017, le salaire médian des cadres s’élève à 43 544 euros brut, hors variable. En 2017, le salaire médian des cadres s’élève à 43 544 euros brut, hors variable.

Pour la septième année consécutive, le salaire des cadres progresse. L’augmentation s’élève à 1,7 % cette année, soit une hausse identique à celle de 2016, selon la 15e édition du baromètre Expectra, filiale du groupe Randstad France, spécialiste de l’intérim et du recrutement de cadres et d’agents de maîtrise. En 2017, le salaire médian annuel brut s’élève à 43 544 euros (hors variable), ce qui représente 3 350 euros bruts par mois sur 13 mois, indique l’étude qui se base sur 70 010 fiches de paie. Mais tous les métiers ne sont pas logés à la même enseigne.

Commerce-marketing et comptabilité-finance en tête

Certains connaissent, en effet, des progressions de salaires plus élevées. La filière commercial-marketing se distingue avec une hausse des rémunérations de 1,9 % en moyenne. Plusieurs métiers affichent des progressions supérieures à 5 %. C’est notamment le cas des chefs de projet marketing (+5,5 %, 39 090 euros de salaire annuel brut médian), des chefs de produit (+5,4 %, 40 160 euros) ou des responsables commerciaux (+5,2 %, 43 350 euros).

Autre secteur rémunérateur : la filière comptabilité-finance qui enregistre également une hausse moyenne des salaires de 1,9 %. Les entreprises sont très demandeuses de spécialistes de produits techniques ou de marchés spécifiques comme le FOREX. Trois postes recherchés : les gestionnaires de back-office (+5,4 %, 34 050 euros de salaire annuel brut médian), les contrôleurs de gestion (+4,9 %, 41 990 euros) et les analystes risk (+3,7 %, 36 710 euros).

Le secteur informatique n’arrive qu’en 4e position

Le secteur de l’ingénierie et de l’industrie arrive en troisième position avec une hausse de 1,8 % sur l’année. Les meilleures progressions de salaires concernent les techniciens de maintenance en électrotechnique (+4,8 %, 27 370 euros brut par an) et les techniciens de maintenance en électromécanique (+3,8 %, 30340 euros). Une croissance qui s’explique, d’après l’étude, par une pénurie de la demande. En raison des horaires de travail décalés, les jeunes se détournent de ces métiers.

En tête l’an passé, les informaticiens et spécialistes des technologies de l’information ne sont que quatrièmes cette année (+1,3 % contre 1,9 % en 2016). A noter toutefois, deux postes rémunérateurs : les chefs de projet infrastructures (+6,7 %, 44 440 euros de salaire annuel brut médian) et les responsables informatique (+3,7 %, 48 510 euros).

A la traîne : le BTP, les ressources humaines et le secteur juridique

A l’inverse, l’évolution des salaires reste timide pour la filière BTP-construction (+1,3 %). Par exemple, le salaire annuel brut médian de l’ingénieur en BTP en 2017 s’élève à 38 810 euros, soit 1,3 % de plus qu’en 2016. Celui des dessinateurs BTP n’a augmenté que de 0,3 % et atteint 26 910 euros.

De même, les professions des ressources humaines et juridiques affichent une faible croissance des rémunérations (+1,1 %). Dans le secteur juridique, les juristes d’affaires s’en sortent toutefois très bien avec une hausse de 4,4 % de leur fiche de paie. Le salaire annuel brut médian atteint 47 530 euros.

A lire aussi