Budget : quelle est la part du logement et du transport ?

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Les dépenses consacrées au transport et au logement varient selon le lieu de résidence.

Le poids du logement et des transports dans le budget des ménages français varie selon le lieu de résidence, d’après l’enquête* de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) sur les comportements de consommation des ménages en 2017.

Premier constat : la consommation moyenne de biens et services stagne. En 2017, les ménages ont consommé 34 000 € sur l’année, soit le même montant en euros constants qu’en 2011. Mais la répartition des dépenses a évolué.

Le logement pèse plus dans le budget des ménages urbains

Depuis plus de trente ans, le poids des dépenses de logement dans le budget s’accroît, notamment pour les locataires. En 2017, les Français ont consacré en moyenne 14 % de leur budget annuel au logement, contre 13,5 % en 2011. Un poids d’autant plus important que la ville de résidence est grande. En milieu rural, les ménages consacrent 11 % de leur budget au logement, soit 3 600 € par an en moyenne, contre 17 % dans l’agglomération parisienne, soit 6 600 €. Cela est dû à la fois à la part des ménages propriétaires qui décroît avec la taille de la ville (huit sur dix à la campagne contre la moitié dans les communes de plus de 100 000 habitants) et aux montants des loyers. Pour les locataires, le logement représentait en 2017 27 % de leurs dépenses de consommation en région parisienne (9 200 € en moyenne par an), contre 23 % en milieu rural (6 900 €).

Les dépenses de transport sont plus élevées à la campagne

En revanche, pour les dépenses de transport, les ménages dépensent plus à la campagne qu’en ville : 21 % (7 000 € par an) contre 16 % (6 200 €) dans l’agglomération parisienne. Le type de dépenses diffère selon le lieu de vie. L’achat du véhicule et les frais d’utilisation afférents (entretien, carburant, etc.) représentent 90 % du budget transport pour les ménages provinciaux, contre la moitié pour les Franciliens. Pour ces derniers, les services de transport (en commun, train, avion, etc.) constituent plus du tiers des dépenses engagées.

A la campagne, les frais occasionnés par la voiture sont presque compensés par la part plus faible consacrée au logement.

* L’enquête Budget de famille est réalisée tous les cinq ans environ. Celle de 2017 s’est déroulée entre octobre 2016 et octobre 2017 auprès d’un échantillon de 12 000 ménages répondants en France métropolitaine et 3 900 dans les départements d’outre-mer (hors Mayotte).

A lire aussi