Budget étudiant : les villes où les prix augmentent le plus

Pour la rentrée 2017, le coût de la vie étudiante va augmenter de 2,09 %, soit près du triple de l’inflation. Les étudiants vont devoir débourser davantage pour se loger et se déplacer.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Onze villes cumulent hausse des loyers et des tarifs des transports en commun.
Onze villes cumulent hausse des loyers et des tarifs des transports en commun.

Les mauvaises nouvelles s’enchaînent pour les étudiants. Après l’annonce fin juillet par le gouvernement de la baisse de 5 euros par mois des APL, l’Union syndicale des étudiants de France (l’Unef) prévoit une hausse des dépenses de 2,09 % pour la rentrée universitaire. Les raisons ? « L’augmentation des prix des loyers et des transports en commun dans un certain nombre de villes universitaires », pointe l’Unef dans son enquête annuelle sur le coût de la vie étudiante.

Hausse des frais de logement

Selon le syndicat, le logementreprésente 53 % du budget des étudiants. Or, les loyers des petites surfaces augmentent dans 37 villes, « avec une hausse de 2,12 % en moyenne en région parisienne et de 1,53 % en moyenne pour le reste de la France ». Dans certaines villes, les loyers s’envolent : +7,60 % à Limoges, +4,34 % à Grenoble, +2,34 % au Havre ou encore +2,23 % à Paris. A l’inverse, à Lille, où l’encadrement des loyers est appliqué depuis le 1er février dernier, les loyers des petites surfaces baissent de 0,33 %.

Hausse du coût des transports

Autre poste de dépenses en augmentation : les transports en commun. Cette année, la hausse moyenne est de 1,52 %. Les non-boursiers devront débourser en moyenne pour l’année 267,32 € et les boursiers 260,99 €.

D’après le syndicat, 9 villes universitaires appliquent des tarifs supérieurs à la moyenne nationale (267,32 €). A Dijon, Lyon, Rennes et Tours, ils dépassent même les 300 €, soit un prix proche de la région parisienne. A l’opposé, à Toulouse, les transports en commun ne coûtent que 100 € par an aux étudiants.

A noter, 11 villes cumulent hausse des loyers et des transports. Il s’agit, dans l’ordre, de Clermont-Ferrand, Evry, Rouen, Strasbourg, Paris, Mulhouse, Nîmes, Nancy, Rennes, Angers et Lyon. Le coût de la vie étudiante augmente ainsi le plus à Clermont-Ferrand, avec une hausse des loyers de 5,12 % et des transports de 3,63 %.

Gel d’une partie des dépenses obligatoires

L’Unef souligne, néanmoins, « avoir obtenu le gel » des frais d’inscription à l’université et du prix du ticket de Resto U pour la rentrée prochaine. Retrouvez leur montant dans notre précédent article Les frais d’inscription à l’université gelés pour l’année 2017-2018.

Parmi les dépenses obligatoires, seul le coût de la sécurité sociale étudiante augmente et passe de 215 à 217 €. Le point sur les démarches à accomplir pour s’affilier à la sécurité sociale étudiante ici.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :