Bruit au travail : une gêne pour 60 % des actifs français

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Les barmen font partie des métiers les plus exposés au bruit.
Les barmen font partie des métiers les plus exposés au bruit. Les barmen font partie des métiers les plus exposés au bruit.

Trois actifs de plus de 35 ans sur quatre se plaignent du bruit qu’ils subissent plusieurs heures par jour sur leur lieu travail. Un sur deux considère même être davantage exposé aujourd’hui qu’il y a vingt ans. C’est ce que rapporte un sondage Opinionway pour Audika*, leader français de la correction auditive, publié le 16 mai dernier.

Le bruit au travail a de multiples conséquences

Problème, l’exposition au bruit est susceptible d’affecter la santé des travailleurs. Si la perte auditive est l’effet le plus évident, la nuisance sonore peut avoir d’autres conséquences. Pour les sondés, elle entraîne une perte de concentration (31 %), une augmentation du stress (29 %) et un manque de patience (27 %).

Ce bruit subi au travail se répercute également dans leur vie personnelle. 26 % des actifs interrogés se disent plus fatigués lorsqu’ils rentrent chez eux, 28 % supportent difficilement les bruits autour d’eux et 22 % ont des troubles du sommeil.

BTP, barmen et coiffeurs en tête des métiers les plus bruyants

Bien sûr, tous les actifs n’exercent pas dans un environnement bruyant. Parmi les métiers les plus exposés : ceux du bâtiment, les barmen – en raison de la musique et du brouhaha des conversations, les coiffeurs qui supportent toute la journée le bourdonnement des sèche-cheveux, ou encore les dentistes.

Même les salariés travaillant dans les open-spaces subissent une fatigue liée au bruit. D’après le sondage Audika, 11% des actifs seraient prêts à changer de métier pour avoir plus de calme !

Une facture estimée à 19,2 milliards d’euros

Cette exposition au bruit sur le lieu de travail a un coût. Selon une étude de 2016 du Conseil national du bruit (CNB) et de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), la facture s’élèverait à 19,2 milliards d’euros par an. 1,2 milliard pour le coût des accidents du travail et 18 milliards pour la perte de productivité. Environ 6 millions de Français perdraient chaque jour plus de 30 minutes de temps de travail à cause de bruit, selon une récente enquête Ifop-JNA.

* L’enquête a été menée entre le 19 et le 26 janvier 2017 auprès de 1 002 actifs français âgés de 35 ans et plus.

A lire aussi