Briquets : 86 % des modèles vendus en France sont dangereux

Le fabricant Bic accuse la France et l’Allemagne de laisser entrer des briquets non-conformes aux normes de sécurité. Chaque année, 30 000 accidents graves sont déplorés dans l’Union européenne à cause de modèles qui explosent ou crachent des gouttelettes enflammées.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
86 % des briquets vendus en France et en Allemagne ne sont pas conformes à la norme de sécurité internationale ISO9994.
86 % des briquets vendus en France et en Allemagne ne sont pas conformes à la norme de sécurité internationale ISO9994.

Sur les quelque 100 millions de briquets vendus chaque année en France, une grande partie représentent un danger pour les consommateurs. C’est ce qu’affirme le fabriquant français et leader mondial Bic qui vient de porter plainte devant la Commission européenne contre la France et l’Allemagne pour « défaut de surveillance de la conformité des briquets non-conformes importés ou vendus sur leur territoire ».

Il cible les briquets importés de Chine, du Vietnam, des Pays-Bas et d’Espagne, « trois fois moins chers à produire, mais potentiellement dangereux », note Le Parisien. Selon le groupe, 73 % des modèles disponibles en Europe ne répondent pas à la norme de sécurité internationale ISO 9994, une proportion qui monte à 86 % pour la France et l’Allemagne. Cette norme définit les critères de sécurité de base comme la hauteur maximale de la flamme, la résistance aux chutes, aux températures élevées et l’extinction de la flamme.

Bic affirme aussi que 94 % des modèles de briquets électroniques disponibles en Europe ne seraient pas conformes à la norme EN13869, qui impose que tous les modèles de poche disposent d’une sécurité-enfant efficace durant toute leur durée de vie. Cette sécurité rend leur allumage plus difficile. « Ce n’est pas un briquet exempt de tout risque pour les tout-petits mais au moins 85 % des enfants de moins de 51 mois ne peuvent pas les faire fonctionner », explique le fabricant français.

Autre manquement observé : il est toujours possible d’acheter en France et en Allemagne des briquets en forme de jouets (petits camions, animaux, trains, etc.), pourtant interdits de vente depuis 2008.

30 000 accidents graves en Europe chaque année

Or, « un briquet est un réservoir de gaz inflammable sous pression avec un système d’allumage. Pour ces raisons, s’il n’est pas conçu et fabriqué dans le strict respect des normes de sécurité, il présente un risque potentiel pour les consommateurs », explique dans un communiqué François Clément-Grandcourt, directeur général de la catégorie Briquets chez Bic. Les briquets qui explosent, ne s’éteignent pas ou crachent des gouttelettes enflammées seraient responsables d’environ 30 000 accidents graves par an dans l’Union européenne, c’est-à-dire des brûlures du troisième degré.

Pourtant, selon des études diligentées par le groupe, de 75 % à 80 % des accidents en France et en Allemagne pourraient être évités si les produits respectaient la norme de sécurité ISO 9994.

Infliger des amendes aux importateurs

Pour le fabricant Bic, il existe des solutions pour que les produits dangereux ne circulent plus sur le marché européen. « D’autres pays comme les Etats-Unis, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et même le Brésil ont réglé le problème depuis longtemps » en infligeant des amendes « suffisamment dissuasives aux importateurs de briquets non conformes », souligne à l’AFP François Clément-Grandcourt.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :