Black Friday : déjouer les pièges

Des magasins et des boutiques en ligne proposent des promotions le 23 novembre. Certains professionnels mettent même en avant depuis vendredi dernier des rabais auprès des consommateurs.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Le Black Friday est une pratique importée des Etats-Unis.
Le Black Friday est une pratique importée des Etats-Unis.

Produits de haute technologie, vêtements, chaussures… Le Black Friday (vendredi noir) tombe cette année le 23 novembre. Les consommateurs peuvent profiter ce jour de réductions proposées par de nombreux magasins et boutiques en ligne, suivant une pratique importée des Etats-Unis. Certains professionnels mettent en avant depuis vendredi 16 des rabais sur leurs marchandises. Une aubaine pour les vendeurs, qui espèrent voir affluer les clients. Conséquence : le Black Friday est susceptible de comporter des pièges pour vous. Voici comment les éviter.

Absence de soldes, donc de revente à perte

Attention : l’événement ne doit pas être confondu être les soldes, qui, 2 fois par an, en été et en hiver, sont soumis à des règles spécifiques.

Lors du vendredi noir, les commerçants ne peuvent en principe revendre leurs marchandises à perte, comme ils en ont le droit pendant les soldes. Le seuil de revente à perte désigne le prix d’achat effectif du produit sur lequel le rabais est opéré.

En dehors des soldes, cette revente est autorisée dans certaines hypothèses, notamment si les produits vendus ne répondent plus à la demande générale en raison de l’évolution de la mode ou de l’apparition de perfectionnements techniques (article L. 442-4 du Code de commerce). D’après cette règle, lors du Black Friday, les produits dépassés peuvent faire l’objet de réductions massives. Impossible donc de trouver le smartphone dernier cri à prix cassé.

Fausses promotions

Les réductions de prix pratiquées à l’occasion de l’événement doivent être réelles. Le commerçant n’a pas le droit d’augmenter le prix de référence, c’est-à-dire le montant initial sur lequel il propose un rabais. Il commet alors une « pratique commerciale trompeuse », rappelle l’Institut national de la consommation.

Utilisation abusive de la mention « Ni repris ni échangé »

Les professionnels n’ont pas le droit d’apposer la mention « Ni repris ni échangé » sur les produits dont les montants sont réduits.

La garantie des vices cachés est toujours de mise. Elle s’applique aux défauts non apparents lors de l’achat. Ces défauts rendent le bien impropre à l’usage auquel vous le destiniez ou diminuent très fortement son usage.

Vous bénéficiez aussi toujours de la garantie de conformité. Vous pouvez la faire valoir contre les « éventuelles défaillances d’un produit », sans devoir démontrer qu’elles ne sont pas liées à l’usage que vous en avez fait, explique la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Il s’agit par exemple d’un défaut de fabrication, d’une imperfection ou d’un mauvais assemblage.

« Dans les autres cas, le commerçant n’est pas tenu juridiquement de procéder à l’échange ou au remboursement, mais il peut le faire à titre purement commercial », précise cette administration du ministère de l’Economie et des finances. Si la possibilité de ce geste est affichée en magasin, sur les tickets de caisse ou sur son site Internet, le professionnel doit se conformer aux règles qu’il a prévues.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :