Bébés hospitalisés : jusqu’à 30 jours de congé de paternité en plus

Dès le 1er juillet, les pères dont le nouveau-né est hospitalisé dans une unité de soins spécialisés après l’accouchement pourront bénéficier d’un congé de paternité supplémentaire.
2mn de lecture
Bébés hospitalisés : jusqu’à 30 jours de congé de paternité en plus
Les pères dont le nouveau-né est hospitalisé dans une unité de soins spécialisés pourront bénéficier d’un congé supplémentaire de 30 jours maximum. © andresr

Un décret paru le 25 juin au Journal officiel crée un congé de paternité supplémentaire pour les pères dont le nouveau-né est hospitalisé dans une unité de soins de néonatalogie ou une unité de réanimation néonatale après l’accouchement. La mesure, prévue dans le projet de loi de finances de la Sécurité sociale 2019, entrera en vigueur à compter du 1er juillet. 

La durée pourra aller jusqu’à 30 jours consécutifs (sans fractionnement possible), en plus des 11 jours de congé paternité (ou 18 jours en cas de naissance multiples) et des trois jours de congé de naissance pour les salariés. Ce congé devra être pris dans les quatre mois suivant la naissance du bébé et s’appliquera aux salariés, travailleurs indépendants et exploitants agricoles. Pour en bénéficier, le père doit présenter un document justifiant de l’hospitalisation de l’enfant à son employeur ou à la sécurité sociale.

Modalités d’indemnisation identiques au congé de paternité

Ce congé suit les mêmes modalités d’indemnisation que celles du congé de paternité actuel, soit le versement :

  • d’une indemnité journalière égale au gain journalier de base et plafonnée par la sécurité sociale à 87,71 € par jour pour les salariés ;
  • d’une indemnité journalière forfaitaire de 55,51 € par jour pour les travailleurs indépendants ;
  • d’une allocation de remplacement de l’ordre de 151 € par jour pour les exploitants agricoles.

> A LIRE : Lettre de demande de congé de paternité

75 000 bébés hospitalisés à la naissance chaque année

« L’hospitalisation immédiate d’un enfant à la naissance est une situation potentiellement douloureuse et source d’inquiétudes pour les familles concernées. Elle nécessite souvent une mobilisation des deux parents difficile à concilier avec la reprise d’une activité professionnelle, en particulier pour les pères dont le congé de paternité est plus court que le congé maternité », a souligné le ministère de la Santé dans un communiqué. Chaque année en France, 75 000 bébés sont hospitalisés à la naissance, dont 60 000 prématurés qui restent plusieurs semaines, voire plusieurs mois à l’hôpital.

A LIRE AUSSI :

- Congé maternité : quelles indemnités allez-vous percevoir ?

- Garde d’enfants : où vaut-il mieux habiter pour en trouver une ?

- Prendre un congé parental

df
Sarah Corbeel
Publié le