Banque de France, Assurance Maladie : attention au phishing

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
La Banque de France et l'Assurance Maladie sont victimes de tentatives de phishing.
La Banque de France et l'Assurance Maladie sont victimes de tentatives de phishing. La Banque de France et l'Assurance Maladie sont victimes de tentatives de phishing.

Les pirates sont des adeptes du phishing (ou hameçonnage en français). Cette technique consiste à usurper l’identité d’un organisme, d’une banque ou encore d’un fournisseur d’accès à Internet pour tenter d’obtenir des informations confidentielles (identifiant de connexion, mot de passe, coordonnées bancaires) pour ensuite les utiliser ou les vendre.

L’internaute est renvoyé sur un faux site Ameli

Lundi, la Police nationale a alerté sur son compte Twitter les internautes de la diffusion dans de nombreuses boîtes mails d’un faux message de l’Assurance Maladie.

[ALERTE] Tentative de #Phishing en cours!
Ne cliquez pas sur les liens pr vous connecter à votre espace @ameli_actuhttps://t.co/8tFf9KdMgopic.twitter.com/R5cE1BEwcr — Police Nationale (@PoliceNationale) 22 mai 2017

Comme indiqué, le message vous invite à faire une demande de remboursement auprès de l’Assurance Maladie via son site Internet www.ameli.fr. Surtout ne cliquez pas ! Le message renvoie vers une fausse page web.

De faux appels et mails de la Banque de France

Il y a quelques jours, c’était la Banque de France qui lançait une alerte contre une recrudescence des tentatives de vol de données via l’utilisation frauduleuse de son nom. Son nom, son logo, ainsi que certains de ses numéros de téléphone et adresses électroniques sont utilisés pour piéger entreprises et particuliers. Pour y parvenir, les pirates recourent aux « prétextes les plus divers (facture à payer, interdiction bancaire, déblocage de crédit, lettre du président…) », explique la Banque de France dans un communiqué. Elle « appelle à la plus grande vigilance ».

Que faire si vous recevez un tel message ?

Jamais les banques ou les organismes sociaux ne passent par un mail pour demander de saisir les coordonnées personnelles. Si vous recevez un message suspect, passez votre souris au-dessus des liens pour repérer s’ils pointent bien vers l’adresse du site annoncé. Si l’adresse est différente, ne cliquez pas sur le lien. Il est, de toute façon, préférable de saisir manuellement l’adresse d’un site dans le navigateur.

Si vous recevez ce type de message, ne répondez pas et signalez-le sur le site Internet www.signal-spam.fr ou sur le site du gouvernement dédié aux contenus illicites relevés sur la Toile, à la rubrique escroquerie.

L’Assurance Maladie précise qu’il faut également transmettre le message en l’état avec l’en-tête complète pour pouvoir déterminer sa dangerosité à :

  • mssi@cpam-poitiers.cnamts.fr, si vous êtes rattaché à la CPAM de la Vienne ;
  • votre CPAM de rattachement, si vous habitez un autre département.

Que faire si vous vous êtes laissé prendre ?

Si vous avez ouvert le message et transmis vos informations personnelles, vous devez :

  • réinitialisez vos identifiant et mot de passe ;
  • déposer plainte au commissariat ou à la gendarmerie la plus proche de chez vous.
A lire aussi