Autoroutes : le prix des péages va augmenter en février 2017

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner

À chaque péage, il faudra débourser quelques dizaines de centimes supplémentaires à compter du 1er février 2017. C’est Le Journal du dimanche qui a rapporté la nouvelle. L’augmentation sera en moyenne de 0,76 %, ce qui est bien supérieur à l’inflation (0,36 %).

La hausse la plus importante, soit 1,197 %, concernera le réseau des Autoroutes du sud de la France (ASF) géré par Vinci. Ailleurs, l’augmentation sera de 0,96 % sur les autoroutes gérées par APRR, de 0,582 % pour celles des sociétés Sanef et SAPN. Le réseau Cofiroute connaîtra la hausse la plus modérée, à 0,572 %.

Ces différences se basent sur le niveau de l’inflation, l’augmentation de la redevance domaniale décidée en 2013 (la taxe payée à l’Etat par les sociétés d’autoroute) et les travaux non prévus dans les contrats des sociétés concessionnaires, précise l’hebdomadaire. Ainsi, les « hausses majoritaires concernent les autoroutes les plus touchées par les travaux », ce qui est le cas de l’A89 (entre Bordeaux et Lyon via Clermont-Ferrand), qui subit la plus forte hausse.

D’autres hausses prévues d’ici 2020

En septembre, le secrétaire d’Etat chargé des Transports, Alain Vidalies, avait annoncé un nouveau plan de relance autoroutier d’un milliard d’euros qui devrait créer 5 000 emplois. Il sera financé par les collectivités locales et par les usagers. Ainsi, une augmentation des tarifs des péages entre 0,3 % et 0,4 % par an est prévue entre 2018 et 2020. Cela fait en moyenne 50 centimes d’euros.

« L’impact de l’augmentation sera faible », avait expliqué le secrétaire d’Etat dans le JDD fin septembre. Elle sera contrôlée par l’Arefer, l’autorité de régulation des activités routières et ferroviaires.

En 2015, le gouvernement avait décidé de geler le tarif des péages mettant en avant les rapports de l’Autorité de la concurrence et de la Cour des comptes soulignant « la rente » dont bénéficieraient les gestionnaires d’autoroute. Mais les hausses avaient repris en 2016 (1 % en moyenne).

Une annonce déjà contestée

L’association 40 millions d’automobilistes s’oppose à cette hausse et demande à l’Etat de ne pas la valider. « Depuis des années, la hausse des tarifs est largement supérieure à l’inflation. Selon un rapport de la Cour des comptes, les sociétés d’autoroutes ont engrangé un trop perçu de 20 % : pour 100 € de péages réglés, 20 € sont empochés comme bénéfice net. » Elle appelle les usagers à signer sa pétition en ligne.

POUR ALLER PLUS LOIN