Automobile : près d’un million de vignettes « Crit’air » commandées

Après Grenoble, les vignettes antipollution Crit’Air deviennent obligatoires le 16 janvier pour circuler dans Paris. Censées mieux cibler les véhicules polluants, près d’un million d’entre elles ont déjà été commandées.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
A Paris, une vignette antipollution devra impérativement être collée au pare-brise de votre véhicule.
A Paris, une vignette antipollution devra impérativement être collée au pare-brise de votre véhicule. A Paris, une vignette antipollution devra impérativement être collée au pare-brise de votre véhicule.

950 000 vignettes antipollution Crit’Air ont déjà été commandées. 700 000 par les particuliers et 250 000 par les entreprises, d’après les chiffres annoncés mercredi 28 décembre par le ministère de l’Ecologie. Les commandes ont fait un bond depuis le pic de pollution intense qui a touché Paris et sa région. Afin de lutter contre la pollution de l’air, lors des séquences critiques mais aussi au quotidien, ces pastilles écolo doivent limiter la circulation des véhicules les plus polluants.

A compter du 16 janvier, elles deviennent obligatoires dans la capitale. Au quotidien, seuls les véhicules possédant une vignette pourront circuler intra-muros du lundi au vendredi de 8h à 20h. Paris devient la première zone de circulation restreinte (ZCR) en France. Deux autres villes ont également adopté les pastilles écolo. A Grenoble, depuis le 1er novembre, elles s’appliquent en cas de pic de pollution et à Lyon, depuis le 12 décembre, les jours de circulation alternée. Les élus et les préfets pourront mettre en place le dispositif dans toutes les agglomérations où les pics de pollution sont réguliers.

A quoi servent-elles ?

Concrètement, ces pastilles de couleurs collées sur lepare-brise vont permettre d’identifier les véhicules selon leurs niveaux d’émissions d’oxydes d’azote et de particules. Voitures, deux-roues, utilitaires légers, poids lourds et autocars sont concernés. Les vignettes sont classées en six catégories, en fonction du niveau de pollution du véhicule :

A noter : il n’y aura pas de vignette pour les voitures et utilitaires légers immatriculés avant le 1er janvier 1997 (diesel et essence).

Grâce à ce dispositif, la préfecture et la Mairie de Paris pourront abandonner le principe de circulation alternée entre les véhicules immatriculés pairs ou impairs, et interdire la circulation à une ou plusieurs catégories. Les voitures équipées de vignettes de niveau 4 et 5 devraient être régulièrement interdites de circulation.

Comment l’obtenir ?

Pour obtenir votre vignette Crit’Air, rendez-vous sur le site www.certificat-air.gouv.fr et remplissez les informations demandées sur l’onglet « demander son certificat ». Vous aurez besoin de la carte grise du véhicule. La pastille vous sera envoyée par courrier. Elle vous coûtera 4,18 euros (dont 3,70 de coût de fabrication). Elle comporte un « flashcode » pour limiter les fraudes.

Que risquez-vous si vous ne la commandez pas ?

A partir du 16 janvier, en l’absence de vignette Crit’Air, vous vous exposez à une amende fixée en fonction des différents types de véhicules. Soit 135 euros pour les poids-lourds et les autocars (équivalent d’une contravention de 4e classe), et 68 euros pour les voitures particulières et les autres véhicules (contravention de 3e classe). « Si l’amende n’est pas réglée dans un délai de 45 jours, elle est majorée à 180 euros pour la 3e classe et 375 euros pour la 4e classe », prévient l’administration. Mieux vaut donc commander sa vignette au plus vite.

Partager cet article :