Assurance-chômage, retraites, éducation : le calendrier des réformes se précise

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Emmanuel Macron compte « maintenir le rythme » des réformes pour « conforter la confiance des Français et des investisseurs ».
Emmanuel Macron compte « maintenir le rythme » des réformes pour « conforter la confiance des Français et des investisseurs ». Emmanuel Macron compte « maintenir le rythme » des réformes pour « conforter la confiance des Français et des investisseurs ».

Emmanuel Macron compte « maintenir le rythme » des réformes pour « conforter la confiance des Français et des investisseurs ». C’est ce qu’il a déclaré jeudi 13 juillet dans une longue interview accordée à Ouest-France et aux douze quotidiens allemands du groupe Funke. « Les gens veulent voir les engagements pris respectés. Il faut donner des signaux clairs dès le début », a-t-il expliqué en détaillant son programme pour l’année prochaine.

Concrètement, après la loi Travail qui devrait être votée à la fin de l’été, il veut que la « réforme de l’assurance-chômage et de la formation professionnelle » soient « négociées à l’automne-hiver, avec une loi d’ici début 2018 ».

Viendra ensuite «la réforme des retraites, dont les orientations seront présentées au Parlement au premier semestre 2018 ». Objectif : passer des 37 régimes actuels à un seul, « beaucoup plus fort et stable ».

Le chef de l’Etat promet également une réforme de l’éducation pour qu’elle soit « mieux adaptée aux besoins », « en donnant plus de moyens à ceux qui en ont le plus besoin ».

« C’est cette combinaison de réformes qui permettra de faire entrer la France dans une société et une économie de l’innovation, de la connaissance et des compétences », a affirmé Emmanuel Macron dans l’interview.

Taxe d’habitation, CSG, ISF

Il a, par ailleurs, confirmé la suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages. La réforme sera mise en œuvre dès 2018 et sera étalée sur trois ans. Elle « sera articulée avec les collectivités territoriales et financées par les économies que nous engageons ». Selon France Info, cette baisse sera de 30 % l’année prochaine. Un deuxième tiers sera retiré en 2019 pour arriver à la suppression totale en 2020.

De même, il a confirmé la suppression dès 2018 des cotisations salariales sur l’assurance-maladie et l’assurance-chômage, compensée par une hausse de 1,7 point de la Contribution sociale généralisée (CSG).

« La réforme de l’ISF et la réforme du prélèvement forfaitaire unique des revenus de l’épargne, pour arriver à un taux de 30 %, seront mises en place, elles aussi, dès 2018 ». Retrouvez les détails des réformes fiscales dans notre précédent article « CSG, ISF, CICE, taxe d’habitation… le calendrier des réformes fiscales se précise ».

Enfin, concernant les économies budgétaires parallèles, « j’ai décidé qu’on n’attendrait pas ». Dans les prochains jours, le Premier ministre devrait préciser la feuille de route. L’objectif est de « baisser la dépense publique de plus de trois points de PIB » durant le quinquennat.

A lire aussi