Arnaque : gare aux faux billets de 20 euros

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Des paiements réalisés avec de faux billets de 20 euros ont été signalés aux autorités dans plusieurs régions de France.
Des paiements réalisés avec de faux billets de 20 euros ont été signalés aux autorités dans plusieurs régions de France. Des paiements réalisés avec de faux billets de 20 euros ont été signalés aux autorités dans plusieurs régions de France.

Les commerçants doivent redoubler de vigilance. Une escroquerie aux fausses coupures de 20 euros a lieu en ce moment un peu partout en France. Sur Facebook, la cellule de prévention technique de la malveillance (CPTM) du groupement de gendarmerie départementale des Pyrénées-Orientales explique que « les faux billets, en vente libre sur des sites marchands référencés sur Internet, sont à l’origine destinés pour les jeux, le cinéma, le théâtre ou encore les spectacles (magie, etc.) ».

A quelques exceptions près, ils présentent tous les apparences de vraies coupures mais il est facile de les reconnaître. Ils comportent en effet, en dessous des écritures de la BCE rédigées en plusieurs langues, la mention « this is not legal. It is to be used for motion props only » (« Ce n’est pas légal. Ce billet doit être utilisé comme accessoire ») et sous la bannière de l’Europe la mention « Movie money » (« Argent destiné aux films »).

Vérifier l’authenticité des billets avant de les encaisser

Les autorités appellent les commerçants à faire preuve de vigilance, notamment auprès des clients de passage, et conseillent de :

  • veiller à ne pas perdre le ou les billets de vue pendant la transaction ;
  • ne pas se laisser distraire par un éventuel complice ;
  • ne pas encaisser l’argent avant d’avoir contrôlé l’authenticité des billets en vérifiant la présence des signes de sécurité grâce à la méthode « TRI », qui associe trois gestes : toucher, regarder, incliner.

L’escroquerie concerne également des coupures de 5 et 50 euros.

A lire aussi