Ventes entre particuliers : attention aux faux billets

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© ilkaydede - iStock

L’histoire a récemment fait les gros titres de la presse : un homme, qui avait vendu 5400 euros sa moto via Le Bon Coin, s’est rendu compte après vérification dans une station-service, qu’il avait été payé en faux billets. Mais la mésaventure a finalement bien tourné pour notre homme qui a poursuivi et rattrapé ses acheteurs tout en alertant la gendarmerie : les deux malfaiteurs sont donc à présent sous les verrous…

Remettre un faux billet en circulation est un délit

Heureusement pour notre héros, il a pu récupérer sa moto. Car il n’aurait bien sûr pas pu utiliser ces faux billets, c’est strictement interdit. Tout comme de les échanger à la banque contre des vrais... Eh oui, car les billets contrefaits ne sont pas remplacés par la banque, mais bel et bien confisqués ! Les professionnels peuvent, eux, demander un reçu de la Banque de France pour déduire les sommes perdues de leur résultat comptable… Maigre consolation.

Le risque, toutefois, d’avoir un faux billet entre les mains est très faible : la Banque de France l’estime à 1 pour 20 000 billets en moyenne, toutes coupures confondues, sachant que les billets les plus contrefaits sont ceux de 20 et de 50 euros, et ceux les moins imités, les billets de 200 et 500 euros.

Repérer les faux billets : utilisez la méthode TRI !

A défaut de posséder des détecteurs de faux billets type stylo ou lampe UV, la Banque de France recommande d’appliquer la méthode « TRI », pour Toucher, Regarder, Incliner. L’institution note par exemple qu’au « toucher », le papier doit être ferme et craquer sous les doigts, et que le recto présente des impressions en relief perceptibles au bout du doigt.

Pour le « regard », on doit voir un portrait argenté d’Europe sur les deux faces des billets de 20, 50, 100 et 200 euros. Il doit figurer également en filigrane avec la valeur du billet. En transparence, on distingue aussi une bande de sécurité qui barre le chiffre des dizaines et indique la valeur du billet.

Enfin, lorsque l’on « incline » le billet, on voit, sur la bande holographique argentée, la valeur de celui-ci entourée de lignes arc-en-ciel, le symbole euro etc. Enfin, les chiffres en bas à droite varient du vert émeraude au bleu lorsque l’on bouge le billet.

Comment éviter les arnaques aux faux billets entre particuliers ?

Entre les escroqueries aux chèques en bois, aux faux chèques de banque, ou aux virements fictifs, on peut être tenté de préférer le liquide. Si vous n’avez pas le choix, demandez à aller au distributeur automatique avec l’acheteur (mais il peut de son côté craindre un vol de carte bancaire), ou effectuez la transaction chez un commerçant qui vous prêtera obligeamment son détecteur de billets.

Quoiqu’il en soit, pour les sommes importantes, refusez le paiement en espèces ! Privilégiez les sites « tiers de confiance » qui sécurisent les transactions : l’acheteur fait parvenir l’argent sur le compte du site, et lorsqu’il reçoit l’objet, il débloque le paiement pour payer le vendeur.

A lire aussi