Retour de l'inflation : et si, comme le Smic, le taux du livret A remontait ?

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Arkadiusz Warguła - iStock

C’est la petite musique lancinante jouée perpétuellement depuis la rentrée : les prix grimpent, grimpent, grimpent ! Produits alimentaires de base, électricité, gaz, essence… Rien ne semble échapper à l’inflation galopante que connaît la France. 

L’indice a d’ailleurs augmenté de 1,9 % au mois d’août après une précédente hausse de 1,2 % au mois de juillet. De quoi engager automatiquement une hausse du Smic qui entrera en vigueur le 1er octobre prochain. Mais qu’en est-il du livret A ? 

Le livret d’épargne préféré des Français pourrait faire également l’objet d’une revalorisation de son taux de rémunération si l’inflation se poursuivait à un tel rythme effréné.

Un livret A à 0,75 % ou 1 % en 2022 ?

Depuis février 2020, le taux de rémunération du livret A est fixé à 0,5 %. Un plus bas historique consécutif au niveau peu élevé, de l’inflation mais également des taux d’intérêt. 

Début 2020, la règle de calcul du taux du livret A a entraîné l’entrée en vigueur d’une double révision de celui-ci : en février et en août. 

Ce fameux taux est calculé en prenant en compte la moyenne des taux d’intérêt monétaire à court terme et le niveau de l’inflation, dit indice des prix à la consommation hors tabac. « Si l’inflation persiste dans une fourchette de 1,5 à 2 %, alors sa moyenne semestrielle, entre juillet et décembre, sera supérieure à 1,5 %, auquel cas la rémunération du livret A devrait théoriquement se situer entre 0,5 et 1 % », expliquait François Mouriaux, directeur des statistiques monétaires et financières de la Banque de France, à nos confrères d’Investir

Astuces

Cette hypothétique revalorisation du taux de rémunération du livret A concernerait également le livret d’épargne populaire (LEP), destiné aux personnes qui ne sont pas soumises à l’impôt sur les revenus. 

Des incertitudes demeurent…

Seul hic en la matière : le gouvernement, par la voix de son ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire, a toujours milité pour que les Français piochent dans leur épargne afin de soutenir la relance à l’œuvre, alors que le pays sort peu à peu de la crise du Covid-19. 

Comme l’écrivait Investir, il y a peu, la revalorisation du taux de rémunération du livret A ne présenterait que peu d’intérêt pour atteindre cette perspective. À moins que l’effet de la campagne pour l’élection présidentielle n’entre en jeu ?

A lire aussi