Qui a droit à la "prime Covid", jusqu'à 1 500 € ?

Soignants, profs, fonctionnaires, employés de la grande distribution... À quelles conditions avez-vous droit à la prime exceptionnelle et quel sera son montant ? 

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
5mn de lecture
© Pixfly

À l'hôpital, dans les Ehpad, dans la grande distribution, l'enseignement ou encore la fonction publique territoriale, de nombreux salariés, en première ou seconde ligne de la guerre livrée contre l'épidémie de coronavirus, sont éligibles à une prime défiscalisée et exemptée de cotisations sociales jusqu'à 1 500 €, inspirée de la prime exceptionnelle de pouvoir d'achat (ou "prime Macron"). 

Toutefois, si dans le secteur public, le versement de cette "prime Covid" est annoncé de façon assez claire et devrait être versé dès la prochaine feuille de paie du mois de mai, le secteur privé est pour le moins plus timide. Dossier Familial fait le point sur qui a droit à quoi. 

Personnel hospitalier : 500 ou 1 500 €

Médecins, infirmiers... Le gouvernement leur avait promis une prime exceptionnelle dès le mois d'avril. Un décret a finalement été publié au Journal officiel le 15 mai. D'un montant de 500 à 1 500 €. La prime sera versée aux soignants ayant "exercé leurs fonctions de manière effective" dans les établissements publics de santé entre le 1er mars et le 30 avril 2020. Elle sera aussi adressée au personnel des hôpitaux des armées ayant exercé entre le 24 mars et le 30 avril. 

  • 1 500 € pour les personnels ayant travaillé dans les 40 départements les plus touchés par l'épidémie de Covid-19 (liste disponible dans le décret).
  • 1500 € pour les services ou agents impliqués dans la prise en charge de patients contaminés dans les 79 établissements, dont 19 CHU, ayant accueilli des malades du Covid-19. Les établissement sont en charge de lister ces personnels pour leur Agence régionale de santé (ARS). Attention : ce dispositif pourrait être mis en œuvre dans la limite de 40% des effectifs, les autres ne recevraient que 500 €.
  • 500 € dans les autres établissements.

La prime doit être versée sur la paie du mois de mai ou du mois de juin.

La principale revendication, depuis plus d'un an, des personnels hospitaliers porte cependant plutôt sur une augmentation des salaires. Le gouvernement a évoqué un alignement sur la moyenne européenne qui devrait être décidé d'ici la mi-juillet. 

Ehpad : 1 000 ou 1 500 €

L'ensemble des personnels des Ehpad, sans distinction de statut, recevra une prime

  • 1 500 € pour les personnels des 33 départements les plus touchés par l'épidémie.
  • 1 000 € dans les autres établissements.

Le personnel des établissements accueillant des personnes en situation de handicap pourra également en bénéficier, "lorsque que l'assurance-maladie contribue à leur financement", a précisé le ministre de la Santé Olivier Véran.

La prime pourra également être versée dans les services d'aide et d'accompagnement à domicile. Le gouvernement en discute actuellement avec les Départements, en charge du financement de ces services. 

La prime doit être versée "dans les prochaines semaines", selon le ministère des Solidarités et de la Santé. 

Enseignants : 330 €, 660 € ou 1 000 €

60 000 salariés de l'Éducation nationale vont bénéficier de la prime. Elle sera essentiellement versée aux enseignants volontaires pour l'accueil des enfants de soignants pendant le confinement. Les infirmières scolaires et certains employés administratifs pourront aussi en bénéficier, selon le ministère de l'Éducation nationale. 

Voici la répartition proposée aux organisations syndicales : 

  • 330 € pour les agents mobilisés entre 4 jours et 9,5 jours.
  • 660 € pour les agents mobilisés entre 10 et 15,5 jours. 
  • 1 000 € pour les agents ayant travaillé 16 jours ou plus. 

Aucune date de versement n'a encore été déterminée. 

enseignants

Fonction publique d'État / territoriale : 330 €, 660 € ou 1 000 €

Les 400 000 fonctionnaires d'Etat et fonctionnaires territoriaux mobilisés dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire pourront aussi bénéficier d'une prime de 330, 660 ou 1 000 €. 

  • Fonction publique d'Etat : les agents (policiers, militaires, surveillants pénitentiaires, etc.) et contractuels qui ont dû faire face à un surcroît d'activité durant l'épidémie, y compris en télétravail, peuvent bénéficier de la prime, dont le montant sera déterminer par le chef de service.
  • Fonction publique territoriale : les policiers municipaux, éboueurs, etc. peuvent également bénéficier de la prime dans les conditions déterminées par l'autorité territoriale. 

La prime devrait être versée, en une seule fois, à la fin de l'état d'urgence sanitaire, prévu le 10 juillet. 

Grande distribution : jusqu'à 1 000 €

Le dispositif de prime défiscalisée et exemptée de toute cotisation sociale jusqu'à 1 500 € a été ouvert à toutes les entreprises, même ne disposant pas de plan d'intéressement. Pour autant, la grande distribution, dont les magasins sont restés ouverts pendant le confinement et dont les salariés ont aussi été exposés, se fait montre d'initiative beaucoup plus timidement.

Dans les magasins Auchan, Leclerc, Casino, Géant, Franprix et Monoprix, la prime s'échelonnera jusqu'à 1 000 euros, en fonction du temps de travail.

  • Auchan : 1 000 € pour les salariés en CDI ou CDD ayant travaillé au moins 28 heures hebdomadaires entre le 15 mars et le 10 mai. Les salariés ayant travaillé entre 10 et 28 heures par semaine n'auront qu'un prorata (714 € pour 25 heures, par exemple. 50 € pour les salariés ayant travaillé moins de 10 heures hebdomadaires. La prime sera diminuée pour les salariés ayant pris un congé sur la période.
  • Leclerc : les magasins étant franchisés, le versement de la prime et à la discrétion des directeurs de magasins. Le volontarisme de l'enseigne sur le plan national n'est donc que très théorique.
  • Carrefour : le directeur exécutif a annoncé sur France Info une prime de 1 000 euros pour 85 000 salariés, versée vers la fin du mois de mai. 
  • Casino, Géant, Franprix, Monoprix : 1 000 euros pour les salariés à temps plein, 500 euros pour ceux à mi-temps. Une prime qui sera diminuée pour les salariés ayant pris un congé sur la période.

À cette heure, aucune autre enseigne de la grande distribution n'a annoncé profiter du dispositif. 

 

df
Mathieu Sicard
Publié le

Partager cet article :