Produits dangereux : la plateforme Wish sera bientôt déréférencée des moteurs de recherche

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© StockRocket

C’est une décision unique en Europe. Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, le ministre délégué chargé des PME, Alain Griset, et le secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des communications électroniques, Cédric O, ont ordonné ce mercredi 24 novembre le déréférencement du site de e-commerce américain Wish des grands moteurs de recherche et des magasins d’applications mobiles.

Trop de produits non-conformes et dangereux vendus sur Wish

Cette sanction vise « à protéger les consommateurs et à mettre fin aux manquements de Wish quant aux obligations de sécurité des produits qu’il vend », expliquent les ministres dans un communiqué. Elle a été décidée à la suite d’une enquête ouverte en septembre 2020 de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) concernant la sécurité des produits vendus sur la plateforme Wish. Sur plus de 140 produits analysés, un grand nombre se sont révélés être non-conformes et dangereux. C’est particulièrement vrai pour les jouets (95 % non conformes, dont 45 % dangereux), les appareils électriques (95 % non conformes, dont 90 % dangereux) et les bijoux fantaisie (62 % dangereux). Les enquêteurs ont par exemple relevé des guirlandes lumineuses de Noël et des chargeurs qui présentaient un risque de choc électrique, des peluches et des déguisements qui présentaient un risque d’étouffement ou d’étranglement et de suffocation pour les jeunes enfants ou encore des bijoux fantaisie bon marché pouvant être nocifs pour la santé. La liste complète des produits rappelés est disponible sur le site de la DGCCRF ou sur la plateforme RappelConso.

Il a, par ailleurs, été constaté lors de l’enquête que « Wish n’effectuait pas les retraits et les rappels de produits de manière satisfaisante, comme elle en a pourtant l’obligation au titre de son statut de distributeur », indique le communiqué. Si les offres concernant les produits notifiés dangereux sont bien retirés sous 24h, ces derniers réapparaissent dans la majorité des cas sous une autre dénomination. Et le mail de rappel adressé aux consommateurs est « très évasif », les motifs de dangerosité ne sont pas mentionnés.

Le déréférencement durera tant que le site ne sera pas mis en conformité

Suite à l’enquête, la DGCCRF a enjoint à la mi-juillet Wish de se mettre en conformité dans un délai de deux mois. Cette injonction n’ayant pas été respectée, Bercy a donc demandé à la Répression des fraudes d’enjoindre les principaux moteurs de recherche et magasins d’application mobile à déréférencer la plateforme Wish. Ce déréférencement devra être effectif d’ici une semaine et durera « tant que cet opérateur ne se sera pas mis en conformité, afin de protéger au mieux les consommateurs ».

Concrètement, les consommateurs ne pourront plus être dirigés vers le site Wish lors d’une recherche de produits sur Google mais ils pourront toujours se rendre sur la plateforme en tapant directement l’adresse.

A lire aussi