Prime Macron 2021 pour tous les salariés : les modalités de versement

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
© Oleg Elkov - iStock

Une prime « exceptionnelle »… qui se pérennise

Mise en place en 2019 à la suite du mouvement des gilets jaunes, la Prime Macron était destinée à renforcer le pouvoir d’achat des Français en période de crise. Elle permettait aux entreprises qui le souhaitaient de verser une prime totalement défiscalisée à leurs salariés, en remerciement pour leur investissement tout au long de l’année. En raison de la crise sanitaire, elle avait été reconduite en 2020, et 6 millions de salariés en avaient alors bénéficié. Et, alors qu’elle devait être ponctuelle, elle est à nouveau proposée cette année.

Les conditions restent inchangées

Les conditions restent les mêmes : la prime, d’un montant maximum de 1000 €, pourra être versée à tous leurs employés dont le salaire est inférieur à 3 SMIC. Le montant est porté à 2 000 euros si l’employeur a mis en œuvre un accord d’intéressement. Elle reste totalement exonérée de charges et d’impôts.

Les travailleurs de la deuxième ligne privilégiés

Le gouvernement a souhaité que bénéficient en priorité de cette prime les travailleurs dits « de la deuxième ligne » : c’est-à-dire tout ceux qui, au plus fort de la crise, ont continué à travailler et ont permis au pays de fonctionner. Pour ces salariés, « le plafond pourra être porté à 2 000 euros si l’entreprise ou la branche s’engagent formellement à des actions de valorisation de ces travailleurs (accord de méthode au niveau de la branche ou de l’entreprise s’engageant à entreprendre des actions en ce sens) ».

Des délais de versement prolongés

Le gouvernement propose que la prime puisse être versée jusqu’à début 2022 et que le dispositif soit applicable rétroactivement pour les primes versées dès le dépôt du projet de loi de finances rectificative, qui intégrera ces mesures à l’été.

A lire aussi