Pétrole : pourquoi les prix ne baissent-ils pas de 50 % à la pompe ?

En raison d'une taxe fixe, le prix du carburant à la pompe (que ce soit le diesel ou l'essence) ne connaîtra qu’une légère baisse, comparée à la dégringolade des cours du baril. Dossier Familial vous explique. 

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
© littlewolf1989

Depuis janvier 2020, le prix du baril du pétrole est passé de 60 $ à 32 $. Le ralentissement de l’économie chinoise, première importatrice de pétrole et deuxième consommatrice au monde, provoquée par l’épidémie de coronavirus a entraîné une chute vertigineuse des cours du baril.

L'Arabie saoudite, deuxième producteur mondial à jeu quasi-égal avec les États-Unis et la Russie, a en effet choisi de baisser ses prix, faute d'entente avec la Russie pour réguler leurs productions. Un choix qui a entraîné une guerre des prix du baril et donc un krach pétrolier, portant le baril de brut à son plus bas niveau depuis 20 ans

0,61 €/l incompressibles

Pourtant, le carburant à la pompe n’a diminué que de quelques centimes. En ce mardi 10 mars, le prix moyen du gazole, carburant le plus vendu en France, est de 1,365 €/l, selon le site carbu.com, soit une baisse de 6,7 % par rapport au 1er janvier.

Le prix à la pompe est constitué à plus de 60 % de taxes fixées par l’État. Celles-ci représentent dont 0,83 € par litre de gazole au prix actuel. Mais sur cette somme, 0,61 € correspondent à la Taxe intérieure sur la consommation des produits énergétiques, un impôt qui reste constant toute l'année, et ce quel que soit le prix du baril. 

Une diminution plafonnée

A cette taxe incompressible s'ajoutent également les coûts de transport, de stockage et de distribution qui ne varient guère et représentent environ 12,5 % du prix au litre.  Ainsi, le pétrole ne correspond, pour le diesel, qu'à un peu plus de 26 % de son prix de vente à la pompe.
 

© Dossier Familial

Malgré la crise pétrolière, le prix à la pompe ne devrait donc baisser que de 10 ou 20 centimes tout au plus. Toutefois si l’économie chinoise reprend plus tôt que prévu, le prix du baril pourrait remonter et la diminution de votre note à la pompe être moins importante que prévue.

df
Henri Presson
Publié le

Partager cet article :